30 ans et 122 jours…. Une enseignante pose sa démission

Sylvie Grau,

professeur de mathématiques

 Mardi matin, 7h15, je me prépare à prendre ma voiture, ma décision est prise, je me sens légère, j’ai même envie de sourire. J’arrive au collège, comme chaque jour j’ouvre la salle, mets en route l’ordinateur, je programme le calcul mental du jour, mes photocopies sont prêtes. Je n’ai croisé personne, comme souvent. Je liste au tableau le déroulé de la séance. Les 6ème sont toujours partants pour tout ce que je propose, pas toujours dans le calme, mais ce n’est pas le plus important. Ça sonne, je vais les chercher. J’ai l’occasion de croiser quelques collègues, on échange un bonjour, quelques mots. Le cours se déroule plutôt bien, comme souvent le mardi matin. Je prends le temps de ranger la salle, de nettoyer le tableau, de ranger quelques affaires. Le principal vient visiter mon stagiaire à 11h et il est prévu que j’assiste à la visite. En attendant je retrouve l’équipe du pôle science pour préparer les séances d’EISTM (Enseignement Intégré des Sciences, Technologies et Mathématiques). Je ne me souviens plus de ce que nous avons travaillé ce matin là, je n’ai encore annoncé à personne ma décision, mais au fond de moi, je ne suis déjà plus avec eux, je suis loin, je respire, il fait bon.

La visite se déroule le mieux possible, j’ai confiance en cet enseignant et il me fait confiance aussi. J’ai le sentiment que nous sommes complices et que ma décision, il l’a connaît déjà. Nous avions prévu de faire le bilan de la visite à la pizzeria, personne n’a beaucoup le temps le midi, l’occasion de travailler et de se faire plaisir en même temps, c’est aussi un bon moyen de pouvoir parler en dehors de la présence des autres collègues. Nous faisons l’analyse de la séance, pointons les compétences du stagiaire, trouvons quelques pistes de travail. A la fin du repas, le principal s’adresse à moi, je ne sais plus très bien à quel sujet, mais il ne s’agit plus de la visite du matin. Je lui demande si nous en avons bien terminé avant de lui annoncer. Voilà, à partir de lundi, je ne viendrai plus travailler au collège Sophie Germain. Ma décision est prise, je n’en peux plus, les événements de la veille ont eu raison de moi, nous en avons discuté toute la soirée en famille, tous ceux que j’aime me comprennent et me soutiennent, ils ne me reconnaissent plus depuis que je suis au collège, il faut que ça s’arrête.

Le principal reste silencieux puis il me demande s’il peut essayer me faire changer d’avis, je luis réponds que non. Mon stagiaire n’a pas réagi, il le savait, j’en suis certaine. Le principal aussi peut-être. Nous parlons de mes projets, je me suis renseignée sur une formation en DAO-CAO, ou j’ai parlé d’ouvrir un restaurant avec une copine, ou encore prendre ma retraite, ou me lancer à fond dans la musique. Rien de précis pour le moment mais tout sauf continuer à venir au collège.

Voilà, nous sommes le 14 janvier 2014, j’aurai 50 ans dans deux mois, ça fait 30 ans et 122 jours que je suis enseignante, et je viens de démissionner.

 

J’ai un parcours un peu atypique. Handicapée de  naissance, fille d’enseignante, mon destin était de rentrer dans l’éducation nationale. Malheureusement je n’ai pas pu intégrer l’école normal l’année de mon baccalauréat car j’étais trop jeune. J’ai donc fait une classe préparatoire et une fois dans le circuit, j’y suis restée jusqu’à obtenir une place dans une grande école. La même année, j’ai aussi obtenu le concours FIS DEUG, nouveau recrutement d’enseignants niveau DEUG. J’ai choisi l’éducation nationale, d’abord parce que je venais de rencontrer un instituteur qui allait devenir mon mari, ensuite parce que je voulais rester sur Nantes, et qu’enfin étant la seule fille de la promotion en école d’ingénieur, je ne me sentais pas capable de supporter les sarcasmes.

 

Enseigner était pour moi une mission. L’école m’a tout apporté, l’intégration, l’estime de moi, elle a nourri ma curiosité, m’a donné mes meilleurs amis. En famille, le dimanche, il n’est question que de pédagogie, de projets, d’innovations. Très vite j’ai appris à m’adapter. La première année, j’étais remplaçante, je suis passée dans 37 écoles différentes, de la petite section au CM2, de la ville à la campagne en passant par la ZEP.

Lorsque nous avons obtenu un poste fixe, mon mari et moi, nous étions chacun dans une ZEP, avec nos classes de CP, nous emmenions nos élèves en classe de mer. J’ai pris une direction, mon mari a passé des concours, il est devenu professeur en lycée professionnel. Je l’ai suivi et préparé une licence de mathématiques, puis le CAPES. J’ai quitté la direction d’une école de banlieue pour devenir professeur de mathématiques. J’ai fait quelques années, en collège puis en lycée, et je suis devenue formatrice à l’IUFM pour quelques années. J’ai démissionné du supérieur pour retrouver une classe. J’ai obtenu un poste au lycée Appert à Orvault, un lycée dans un secteur plutôt favorisé. Là j’ai rêvé une classe coopérative et le proviseur m’a donné carte blanche. Nous avons monté une équipe, un projet, nous avons fait un travail phénoménal à la fois autour de l’accompagnement, de la coopération à tous les niveaux, de l’interdisciplinarité, de l’évaluation sans notes, de la formation à l’orientation. Au bout de 8 années, j’ai senti que nous n’aurions plus autant de moyens, j’avais le sentiment qu’il fallait que nous mettions en place notre dispositif plus tôt,  nous devions permettre à plus d’élèves d’accéder au lycée, notre classe avait fait ses preuves, il me tardait de la tester au collège. L’occasion s’est offerte dans le cadre d’une visite croisée sur le thème de la différenciation. Je suis allée au collège Sophie Germain, un quartier près du centre ville mais très défavorisé. La politique de la ville est de faire un nouveau quartier, mélangeant un habitat plutôt de standing avec des bureaux, tout près de la gare sud de Nantes, le tout intégrant un quartier pauvre et qui regroupe une forte population immigrée et ayant une réputation de quartier « chaud » : Malakoff. Le collège, initialement en bas des tours a été détruit pour être reconstruit quelques centaines de mètres plus loin, dans le nouveau quartier du Pré Gauchet. Le collège n’a que trois ans lorsque je le visite, le principal est une personnalité, il tient le projet à bout de bras et à plein cœur. Ses yeux brillent lorsqu’il parle de « ses élèves ». Il a de l’ambition pour eux, il a de l’ambition pour ses enseignants. Je sors de l’établissement avec une certitude, c’est ici qu’il faut que j’enseigne. Justement le collège a un poste de mathématiques spécifique vacant. Il s’agit d’intégrer les sciences et les mathématiques dans un vaste projet « pôle science ». Je retrouve tout ce qui m’intéresse, je vois tout de suite ce qu’on va pouvoir faire. Je ne suis pas encore nommée que je commence à planifier le travail.

Je rencontre une partie de l’équipe pour l’entretien, on me signale très vite que je suis retenue. En fait personne ne demande le poste si ce n’est des collègues d’autres académies qui par le biais des postes spécifiques espèrent revenir dans les Pays de Loire. Je rencontre mon collègue de mathématiques, il n’en peut plus. Il ne comprend pas que je puisse quitter un lycée confortable pour venir en ZUS. Il m’invite à assister à ses cours et effectivement c’est épouvantable. Dans la classe il y a moins de vingt élèves, très peu ont du matériel, les autres ont leur sac à main sur les genoux, discutent maquillage ou musique. L’enseignant a beau parler fort et prendre des carnets, on sent bien que la motivation pour le travail n’est pas là. Nous sommes en juin et la fin de l’année est proche. Malgré tout, il semble que les habitudes sont prises depuis longtemps. Les élèves sont curieux et demandent qui je suis, si je serai là à la rentrée, si je les aurai. Certaines me complimentent sur la couleur de mon maquillage, d’autres veulent savoir d’où je viens.

La salle de classe est triste ; il n’y a rien au mur, rien dans les étagères. Les tables alignées font face à un tableau blanc où les mathématiques s’invitent comme par erreur. Il faudra changer tout ça.

Dès le mois de juillet ma salle est prête. Les tables sont en îlots, des ordinateurs sont installés au fond, un autre « coin jeu » est mis en place, j’ai prévu d’emprunter des jeux à la ludothèque de l’université. J’ai apporté tous les livres que j’ai, de la peinture à l’économie en passant par l’architecture. Les murs sont couverts d’affiches avec des figures ou des aspects historiques. Chaque îlot bénéficie d’une boîte matériel avec équerre, rapporteur, règle, crayons, gomme, compas, une calculatrice, les tables de multiplication, des ciseaux. Tout ce qu’il faut pour les mettre au travail même s’ils n’ont rien apporté.

L’objectif principal est de leur permettre de faire des mathématiques, de vivre une rencontre agréable avec cette discipline, pour qu’ils aient envie d’essayer et d’y revenir.

L’équipe de sciences est extraordinaire. Tous travaillent ensemble, ont des kilomètres d’idées, ils les partagent et j’ai fortement envie de les accompagner. Sauf qu’il faut que je découvre le programme du collège, ces nouveaux élèves, les équipes de chaque classe, ce nouvel environnement.

A la rentrée, le principal m’a proposé de participer à trois jours de formation avec l’association Génération Médiateur. Une première formation a eu lieu avec une dizaine de professeurs l’année précédente, l’idée étant de former un maximum du personnel et que des élèves soient volontaires pour être médiateurs en 5ème et 4ème. Cette formation est un excellent moyen de connaître les participants. Nous resterons très soudés et complices suite à ces 3 jours d’échange et de communication non violente.

Mon jeune collègue de mathématiques est prêt à tout pour mieux vivre cette année et nous avons donc décidé de nous partager les classes de 3ème qui sont les plus difficiles. Nos heures sont donc en barrette pour nous permettre de prendre indifféremment les élèves des deux classes. Du coup nous avons tous les niveaux à nous deux et un collègue vient assurer 4h de complément de service en 4ème. Nous avons mis au point une organisation des connaissances en 5 domaines, organisé sur Drop-box un partage de tous nos fichiers, nous avons décidé d’un codage pour mettre en commun les documents élèves, nous organisons nos évaluations ensemble, nous nous voyons une fois par semaine pour continuer le travail commencé pendant l’été.

Les élèves sont surpris. Ceux qui connaissaient mon collègue découvrent une nouvelle organisation, ils comprennent assez vite que nous faisons la même chose et que nous avons les mêmes règles de fonctionnement. On sent que ce front devant eux déstabilise. Ils ne peuvent plus se plaindre de l’un à l’autre puisque nous disons la même chose.

Les 3ème arrivent dans le même état d’esprit que lorsque je les ai vus en juin, pas de matériel, pas de travail. Les tables en îlot semble leur donner un nouvel espace. Très vite je repère le leader. Il va falloir y faire très attention. Si je connais un peu la culture maghrébine, l’Afrique noire m’est totalement étrangère. Les filles sont formées très jeunes, elles parlent fort et utilisent des codes que je ne comprends pas. On me fait vite savoir que je ne suis pas du quartier et que ce n’est pas moi qui vais faire la loi. J’ai du mal à comprendre d’où part le dysfonctionnement. Un jeune qui se met dans une posture d’élève   un jour, peut saborder complètement le cours le jour suivant. Les encouragements ne semblent pas porter. De mon côté, je suis sereine, je sais que les réactions même violentes, ne sont pas contre moi en tant qu’individu, j’ai une posture toujours calme, d’écoute, d’accueil. J’essaye de leur faire comprendre que je ne suis pas là pour faire de la discipline mais pour enseigner les mathématiques. Je reste donc focalisée sur mon objectif. Je réalise très vite qu’il est important de les mettre très vite en activité sur une tâche relativement simple pour qu’ils puissent la réussir. La difficulté est de trouver une activité que certains puissent réussir. Le niveau est tellement faible et certains n’ont visiblement pas fait de mathématiques depuis très longtemps. Entre celui qui n’a pas de lunettes et ne voit strictement rien en passant par celle qui n’a que des crayons à maquiller dans sa trousse, le chemin s’avère long et je vais devoir m’armer d’une grosse dose de résistance au découragement.

Cette première année n’aura pas été facile et ma posture a parfois été sérieusement ébranlée. J’ai tenu pour plusieurs raisons, la première est le soutien du principal. Il a toujours été là pour accueillir mes larmes, mes coups de sang, il a toujours été là pour me dire d’arrêter quand je commençais à en faire trop, pour me montrer les progrès quand je ne voyais que ce quin’allait pas, pour me donner les échos du quartier quand je doutais de ma compétence. « Vous ne vous rendez pas compte ! » me disait-il souvent. Et effectivement je ne me rendais pas compte et je ne me suis pas rendu compte cette année des progrès réalisés l’an passé. Comment en une année les élèves se sont mis à faire des mathématiques, timidement pour certains mais quand même un peu, comment ils ont appris à prendre de l’autonomie, à coopérer dans les groupes, à demander de l’aide, à poser des questions. Comment en une année, ils ont gardé le matériel relativement en bon état (sauf les compas dont la durée de vie ne dépassait pas une semaine !), ils ont appris à s’évaluer et à mesurer leurs progrès.

Un jour de grosse déprime, j’ai éclaté en larmes en classe de 5ème. Ma mère était hopitalisée, je n’avais pas le temps de préparer mes cours convenablement, je ne dormais pas et j’étais épuisée. La situation ne risquait pas de s’arranger rapidement et je voyais bien que ces élèves nécessitaient beaucoup plus d’énergie que je ne pouvais leur en donner à cette période. Je leur ai dit que je ne leur servais à rien et que ma place était sans doute ailleurs, je pensais demander ma mutation, il fallait me décider dans les jours qui suivaient. Il n’y a plus eu de bruit dans la classe, ils sont restés penchés sur leur feuille mais l’une a dit : « moi, vous m’avez appris à calculer avec des nombres négatifs. », un autre a enchaîné « moi avant je ne savais pas tracer un parallélogramme. », « moi je ne savais même pas faire une soustraction. » et ainsi chacun a dit une chose que je lui avais apprise. Je me suis remise à pleurer mais entre deux sanglots je les ai remerciés et j’ai décidé de rester. Chaque jour ensuite, ils commençaient le cours par me demander des nouvelles de ma mère. Comme les nouvelles vont très vite dans un établissement de ce type, les élèves de 3ème m’ont dit un jour que dans leur culture, il n’aurait pas été imaginable pour une fille de continuer à travailler alors que sa mère était malade. L’occasion de comparer des valeurs, d’échanger sur des choses essentielles dont elles n’auraient pas l’occasion de parler ailleurs qu’ici et maintenant. Nous avons donc parlé et ça m’a beaucoup aidé à me positionner, car au final la question était bien là : fallait-il accompagner ma mère en fin de vie ou accompagner ces adolescents ? Après cette discussion, j’étais plus claire avec moi-même et les cours se sont mieux déroulés même si je n’avais pas eu le temps de les préparer comme je l’avais souhaité.

Du côté des collègues, je n’ai pas beaucoup travaillé avec les disciplines humanistes mais nous nous retrouvions régulièrement pour déjeuner ou pour des sorties. Par contre nous avons commencé des séances coanimées avec les enseignants de sciences. Nous avons utilisé des outils communs. Nous avons aussi échangé des travaux pour transférer des compétences d’une discipline à l’autre. Je parlais beaucoup aussi avec la professeur d’art plastique. Nous échangions des pratiques ou des thèmes de travail. Les élèves ont vite fait le lien entre nos deux disciplines. Je retrouvais régulièrement les assistants pour l’aide au devoir, j’aidais sur mes heures libres une assistante d’éducation qui voulait passer le concours CRPE, il y avait une certaine complicité.

Tout ceci a fait que peu à peu j’ai moins travaillé avec mon collègue de mathématiques qui de son côté remettait largement en cause mes pratiques qui au final ne semblaient pas apporter du mieux dans son quotidien. A part les activités rapides de début de cours, le reste de mes outils étaient soit trop complexes, soit chronophages. Ne voulant rien imposer mais ne souhaitant pas non plus remettre en cause certains principes, nous avons de moins en moins coordonné nos actions. Alors que je refusais de noter les élèves, mon collègue a remis en place des barèmes. Ce simple détail a suffi pour que les élèves comprennent que nous n’étions plus en phase.

Lorsque notre principal nous a annoncé son départ, lorsque le CPE qui avait passé le concours pour être chef d’établissement nous a annoncé qu’il était reçu et donc qu’il partait, les choses ont changé et le fragile équilibre si durement obtenu allait voler en éclat.

 

Le succès du projet pôle sciences, l’investissement de la collègue d’allemand pour recruter, la réussite des élèves aux différents rallyes mathématiques, la brillante prestation des élèves de l’atelier théâtre et du club musique, tout allait dans le sens d’une nouvelle mixité sociale et une augmentation des effectifs. Par contre il fallait une nouvelle organisation avec de nouveaux compléments de service, de nouvelles équipes.

Alors qu’il aurait été indispensable de prévoir un temps de co-direction pour une passation des commandes en douceur, l’arrivée du nouveau chef d’établissement a au contraire été le prétexte à une totale remise en cause de tout ! Attention, pas une remise en cause par la direction seule, mais par chacun, de l’agent au professeur, en passant par le Rectorat. Chacun y est allé de sa requête ou de son réaménagement de son organisation personnelle.

Du côté des agents on allait peut-être enfin fermer le collège un peu plus tôt le soir, et ne plus ouvrir le mercredi après-midi. Du côté des enseignants, on commençait à entendre qu’avec un nouveau principal, on allait peut-être enfin exclure certains élèves, avec le nouveau CPE on allait peut-être enfin avoir des exclusions de cours qui mettraient enfin l’élève face à leurs actes, on allait peut-être enfin pouvoir aménager notre emploi du temps, ne plus faire d’atelier le midi, ne plus faire l’aide au devoir le soir, ne plus participer aux conseils divers et variés, ne plus systématiquement participer à la concertation du lundi matin… Toutes ces attitudes ont été largement encouragées par le Rectorat qui n’a eu de cesse de  casser les initiatives : contractuels non reconduits sur les postes occupés depuis plusieurs années, nomination de plusieurs enseignants sur un service (deux professeurs d’allemand par exemple pour 9 heures), plusieurs compléments de services n’ont pas été pourvus pendant plusieurs semaines. Autant de dysfonctionnements qui associés à l’arrivée d’une nouvelle direction ont vite fait de décridibiser le nouveau principal aux yeus des parents.

On ajoute à ça une nouvelle distribution des pouvoirs. Chacun essayant de tirer à lui l’attention de la hierarchie, les uns dans l’espoir d’une prochaine promotion, d’une prochaine mutation, d’un statut plus confortable dans l’établissement.

La mixité sociale dans les classes de 6ème et 5ème a aussi largement déstabilisé les enseignants qui habitués à des élèves de ZUS ont eu rapidement envie de voir tourner leur classe autrement. Les nouveaux arrivants plus calmes, et désireux de travailler, ont fait réaliser aux professeurs leur propre incapacité à gérer la différence de niveaux dans les classes. On s’est alors remis à parler de doublement, d’élèves qui n’ont pas le niveau pour cette classe, d’élèves qui n’ont pas leur place au collège, d’élèves débiles ou ayant besoin de soins plutôt que d’enseignement…

Peu à peu, des élèves ont été désignés comme responsables de l’échec des élèves issus de quartiers plus favorisés. « On ne peut pas s’occuper des élèves qui veulent travailler.» Une sortie scolaire est même organisée sans la participation de ces élèves qui gênent la classe. Au conseil de classe, ces mêmes élèves sont désignés par les délégués élèves et les parents vont renforcer le trait avec l’assentiment des professeurs.

Dès le début de l’année, j’ai senti que les choses se délitaient. A l’accueil, certains principes ont été redits comme celui de faire ranger les élèves dans la cour, d’interdire les sorties de cours sans un billet etc… autant de belles résolutions jamais tenues. Chacun s’arrangeant avec ce qui marche en fonction de ce qu’il est et de ce qu’est la classe. Je sais très bien que la 4A ne sera jamais rangée, au cas où la classe réussirait à passer l’heure à attendre le silence au lieu de faire des mathématiques. Par contre je sais très bien que la 6C a besoin de se poser avant d’entrer et que le petit temps du bonjour à l’entrée permet de donner le ton de l’heure qui va suivre. Lorsque j’ai proposé qu’on y réfléchisse au lieu de donner un cadre qui ne sera pas tenu, personne n’a suivi l’idée, la majorité trouvait que ça marchait très bien comme ça.

Plus tard lorsque une classe a dysfonctionné et que j’ai pris des mesures, le professeur principal m’a vivement réprimandée, me demandant si je voulais lui prendre sa place de PP.

Encore plus tard, je félicite un élève particulièrement difficile pour son travail exceptionnel en cours de mathématiques, le professeur principal m’envoie un mail m’interdisant de féliciter un élève sans son autorisation.

En concertation, je demande la parole pour demander à ce que l’équipe pose bien les valeurs sur lesquelles elle fonde son action car sinon il sera de plus en plus difficile de donner de la cohérence à notre fonctionnement. Le malaise est là mais la communication n’est plus possible. Deux clans s’affrontent maintenant, les pédagos et les didacticiens. D’un côté ceux qui veulent s’occuper aussi d’éducation et de l’autre ceux qui ont avant tout à transmettre des connaissances. Me voilà à devoir justifier de mes compétences en didactique pour pouvoir être entendue sur le type de contrat pédagogique que je souhaite mettre en place. De l’autre on m’oppose que la liberté pédagogique fait que tout enseignant doit être en capacité d’enseigner suivant les pratiques qui lui conviennent et donc que la liberté des uns s’arrête dès qu’elle remet en cause la liberté des autres. En bref, chacun pour soi, du moment qu’on survive entre les quatre murs de sa classe.

J’ai commencé à me sentir très mal, lorsque les enfants les plus en difficulté parce qu’ils ne s’autorisent pas à devenir des élèves ont été désignés comme devant être exclus, ce qui suppose un passage en conseil de discipline. J’ai vu le travail de l’année précédente annéanti par cette désignation systématique, par l’exclusion de cours répétée.

 

Très vite les élèves ont compris que l’équipe n’était pas sur les mêmes principes et la brêche étant ouverte ils se sont précipités dedans. Chacun accusant l’autre, jugements et rumeurs ont commencé à habiter la cour de récréation. Le manque de communciation entre les enseignants servant de prétexte à tous les désordres : cours manqués, retards, travail non fait. Il devenait de plus en plus difficile de gérer les élèves exclus de cours qui étaient systématiquement les mêmes. Curieusement, peu d’exclusions étaient officielles et pourtant les élèves étaient dans les couloirs. Comme quoi le cadre posé à la rentrée ne fonctionnait pas si bien que ça.

 

Mais quand la communication n’est plus possible, le danger est l’isolement. Le professeur isolé devenant une victime potentielle. Quand un cours se passe mal et que vous en parlez aux collègues, l’éternelle réponse reste « je comprends pas, avec moi ils sont très bien ». Effectivement ça se passe bien, parce que le collègue est professeur principal et pour les élèves c’est donc le chef, c’est lui qui décide au conseil, c’est lui qui convoque les parents… ou ça se passe bien parce que le collègue fait fonctionner une autorité soumission tyrannique qui fait que les élèves ont besoin d’un sas de décompression qu’ils vont trouver dans la classe du collègue plus à l’écoute ou celui qui demande plus d’autonomie de la part des élèves. Mais que reçoit l’enseignant en difficulté au moment où il entend cette réponse, il entend que ça ne peut venir que de lui. Pour peu que vous ajoutiez un peu d’autorité hierarchique derrière, du genre le principal qui assiste au cours pour que ça se passe mieux ,ou l’inspection demandée pour vérifier votre compétence à tenir votre classe, l’enseignant se sent vite dépressié.

 

Alors que je cherchais des moyens d’apaiser un climat de 4ème très conflictuel. J’ai autorisé les élèves à utiliser leur téléphone portable en classe. En fait un élève particulièrement violent avait ses écouteurs autour de son cou et un jour où je sentais les coups arriver, je lui ai conseillé de mettre ses écouteurs et de se concentrer sur ses calculs pendant quelques minutes. La musique l’a apaisé. Un bilan avec la classe nous a amené à poser ce nouveau cadre : on peut écouter sa musique pendant les exercices techniques pour que chacun se concentre sur sa feuille. Au début tout le monde le faisait puis peu à peu il ne restait que quelques élèves à mettre systématiquement les écouteurs sur leurs oreilles. Dès qu’il y avait mise en commun, tout le monde éteignait. Au bout de quelques séances, nous avons fait le bilan et tous ont reconnu que l’ambiance était bien meilleure et que tous faisaient les exercices, une élève a même insisté sur ses progrès depuis qu’elle était autorisée à travailler avec la musique. En conseil de classe, j’ai expliqué la démarche et les parents ont accueilli favorablement l’initiative malgré la surprise initiale, ils ont compris qu’il ne s’agissait pas d’une perte d’autorité de ma part ou d’un quelconque laxisme. Pourtant le lundi 13 janvier en concertation, une collègue a remis en cause mon initiative, arguant que le téléphone portable était interdit dans les établissement et qu’il s’agissait d’une faute professionnelle. La direction ayant consenti à ce manquement, elle ne comprenait pas en quoi on lui reprochait à elle de vouloir utiliser un cahier à la place des classeurs imposés par l’équipe l’année précédente.

C’est cet événement qui a eu raison de moi. D’abord ce n’était pas la première attaque, ensuite il y avait le ton et la façon de s’adresser au principal comme si je n’étais pas là, enfin il y avait le dévoiement de la concertation, considérée comme un lieu d’échange entre tous les membres de l’équipe éducative sans distinction de hierarchie. J’ai compris à cet instant que les valeurs que je défendais n’étais plus partagées, que nous n’étions plus une « équipe » et que m’acharner ne faisait que mettre encore plus en danger les élèves qui ne devaient plus rien comprendre au cadre que nous leur donnions. J’ai vaguement entendu des collègues vouloir me défendre, j’ai entendu la position du principal qui justifiait mon initiative, et puis j’ai vu mon collègue de sciences quitter la séance pour ne pas exploser, et je suis partie à mon tour mais mentalement, j’ai revu toutes les scènes avec cette collègue, j’ai réalisé à quel point elle avait fini par m’isoler, par me faire perdre l’estime de moi. Simplement par un ton assuré, de l’agressivité et une facilité à s’exprimer.

 

J’ai réalisé aussi à quel point j’étais épuisée puisque j’assurais 12 heures de cours sur 3 niveaux, le suivi du stagiaires que mon collègue a refusé, la formation à la médiation, le tutorat des élèves de 6ème sue j’avais lancé l’an dernier, la réflexion  avec l’équipe de sceinces une heure par semaine et l’animation d’une heure d’EISTM, un atelier de recherche mathématiques le midi, une heure d’aide au devoir le soir, et j’assurais en plus 6 heures de formation dans le cadre du réseau académique de formation transversale, tout en continuant un groupe de recherche IREM et mon suivi de 3ème année de doctorat en sciences de l’éducation. A cela, il fallait ajouter ma présence à toutes les réunions de la liaison école-collège au conceil pédagogique en passant par le CA et les conseils de discipline. Il restait quelques samedi que je consacrais au CRAP avec la finalisation d’un dossier sur les situations complexes.

 

Que me manquait-il au bout de 30 ans et 122 jours pour survivre dans un collège de ZUS ? Il m’a manqué une meilleure connaissance des cultures africaines, tchétchènes, turques, pour gagner du temps à mon arrivée et ne pas faire des impairs. Par exemple j’ai mis du temps à comprendre que certaines filles africaines ont besoin du contact physique pour communiquer. Accepter d’être touchée, n’était pas simple pour moi, une fois que je l’ai accepté, nous avons pu parler mathématiques, par cette simple proximité.

Il m’a manqué une connaissance des codes liés aux trafics en tout genre. J’aurais aussi gagné du temps et mieux compris les protections mises en place par certains élèves ou pu protéger d’autres de violences organisées. Il m’a manqué une meilleure connaissance des religions et de ce qu’elles véhiculent, permettre de travailler sur les valeurs communes plutôt que sur ce qui différencie. Je l’ai découvert avec la formation génération médiateur.

Il m’a manqué une connaissance de la psychologie adolescente, parce qu’entre mes débuts et maintenant, je ne vois plus les choses de la même façon, mes propres enfants ont altéré ma manière d’appréhender la question de l’adolescence, et parce que l’environnement a aussi énormément changé, internet et les téléphones portables par exemple ont un impact que j’essaye de comprendre à travers mon travail en sciences de l’éducation et par mes lectures mais une réflexion partagée au sein d’une équipe serait nettement plus efficace.

Enfin il m’a manqué un travail d’équipe, et là je ne sais pas si une formation peut suffire quand toute l’institution s’organise pour rendre ce travail impossible tout en donnant l’injonction de le faire. Aucun temps n’est institué pour ce travail d’équipe, il reste une question de volontariat, aucune évaluation collective n’est prévue, aucune facilité dans l’organisation du temps ou des programmes n’est possible. Ce que j’ai réussi à mettre en place à Appert n’a été possible que parce que les collègues se sont engagés volontairement, ont reconnu que le temps qu’ils consacraient bénévolement était largement gagné en bien être dans leurs cours, que la direction a eu des évaluations régulière du travail et que les effets positifs ont été largement diffusés. Cette reconnaissance symbolique a contribué à mobiliser de nouveaux collègues et à élargir l’équipe et le travail à d’autres classes. A aucun moment non plus les IPR ou la direction n’a cherché à influencer ou modifier nos axes de travail, par contre ils ont largement participé à la réussite du projet en donnant les moyens nécessaires au mieux de leurs possibilités.

Tout ce qui m’a permis de travailler en équipe, je l’ai appris au CRAP Cahiers Pédagogiques, que ce soit la gestion d’un groupe, l’animation d’une réunion, la rédaction de compte-rendus, l’élaboration d’un échéancier…

Au lycée Appert, je me suis proposée comme pilote du projet et j’ai été désignée et reconnue comme tel. Il ne s’agit pas de surplomb, mais de partage de responsabilité. Chacun était responsable d’un aspect du projet en fonction de ce qu’il savait le mieux faire. Qu’est-ce qui a permis l’adhésion des collègues ? Je ne sais pas. En tout cas, au collège, c’est la souffrance individuelle qui a empêché cette adhésion.

Maintenant je suis TZR pour terminer l’année scolaire, l’IPR m’a demandé de réfléchir avant de demander ma démission et elle m’a proposé de demander à effectuer des remplacement le temps de prendre du recul, le Rectorat a accepté. Je suis dans un autre collège, moins difficile peut -être, mais la problématique est exactement la même. Simplement les élèves difficiles étant moins nombreux, ils sont encore plus facilement isolés et exclus, soit parce qu’ils décrochent, soit parce qu’ils sont renvoyés.

Ce qui m’a manqué au final, c’est une connaissance des valeurs véhiculées par le collège aujourd’hui. Le système de notation qui valorise les bons élèves uniquement par la présence d’élèves en difficulté, rend impossible tout travail sur la coopération. La nécessité de mettre chaque élève face à un enseignant responsable de lui empêche toute autonomisation. L’autorité éducative trop peu rencontrée dans les collèges que je visite fait place à une autorité soumission, renforcée par une évaluation qui met au permier plan les attitudes et simplement au second les apprentissages.

Ce qui me manque aujourd’hui, c’est un ministère qui pose clairement les axes et le cadre. Quand j’ai commencé en 1983, on parlait d’enfant au cœur des apprentissages, on parlait d’équité, on parlait de réussite. J’ai repris des études en sciences de l’éducation en 2009, c’est là que j’ai compris l’évolution du système, le tournant des années 95, le changement de paradigme nécessaire. Il faut du temps pour continuer à se former, pour continuer à travailler sur ses pratiques, mais ce n’est pas au sein de l’IUFM que je continue cette formation, c’est au sein d’associations comme le CRAP, l’IREM, l’APMEP, ou à la faculté. Personne ne m’oblige à le faire, et trop souvent Ouest-France semble la seule revue professionnelle lue par les enseignants. La formation initiale donne-t-elle des outils pour continuer à se former tout au long de sa carrière ? Le temps de travail des enseignants ne devrait-il pas non plus inclure systématiquement un temps de formation professionnel continué ?

Je sais maintenant que le rêve d’un collège de la réussite n’est pas réaliste. Il n’est pas PRREM comme me l’a certifié la psychologue rencontrée depuis ce qu’on a identifié comme un « burn out ». P pour précis, R pour réaliste, R pour responsable, E pour écologique, et M pour mesurable. Mon projet était précis mais pas réaliste dans le contexte, je n’en suis pas seule responsable et il n’est pas écologique au départ puisqu’il met certaines personnes en difficulté, il n’est pas non plus mesurable dans les délais que je me fixais.

Je suis partie pour les uns parce que j’étais fragile, pour les autres parce que j’ai eu le courage de dire non. Ce qui m’a manqué en fait, c’est mon ancien principal, qui savait me dire où regarder quand je ne voyais que le négatif et qui savait réguler mon investissement. Il me faut donc apprendre à être plus bienveillante avec moi-même et apprendre à dire non avant de craquer et de fuir.

Je me suis sentie harcelée, je me suis sentie prise en otage. Je ne voulais pas cautionner un système qui ne partage pas mes valeurs. Depuis, on me demande de raconter, on me demande d’analyser, plus j’entre dans le détail, plus je suis convaincue que c’est justement mon passage par les sciences de l’éducation et par l’étude en particulier de l’analyse du travail, que je perçois les « principes tenus pour vrais » qui me font agir et font agir mes collègues. Ce sont ces principes qui devraient être largement explicités chez chaque professionnel pour permettre à la fois de mieux comprendre ses propres réactions mais aussi celles de tous les membres de la communauté éducative. L’objectif n’étant pas d’uniformiser mais de permettre à chaque style de s’exprimer là où il sera le plus efficace et d’éviter les interprétations et les jugements.


2 réflexions au sujet de « 30 ans et 122 jours…. Une enseignante pose sa démission »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *