Table ronde 1 – COMPARAISON DES CONTEXTES

Rencontre RIED, ESPE de MARSEILLE

(20 octobre, durée 2 h 30)

 

Comparaison des contextes

pour ce qui a trait à

la reconnaissance de la diversité ethoculturelle

et sa prise en compte dans les institutions scolaires et en formation des enseignants

 Eléments de cadrage

Cette table-ronde a pour but d’illustrer la différence des situations nationales ou régionales au regard de la prise en compte de la diversité à l’école. Elle sera centrée sur le cas des quatre sociétés à l’origine  du réseau RIED : le Québec, la Belgique francophone, la Suisse  romande et la France.

 La table-ronde Contextes est placée en ouverture de la Rencontre. En effet, la Rencontre vise à favoriser la circulation des approches des uns et des autres et leur mutualisation. C’est pourquoi il importe que chacun puisse avoir assez tôt dans les échanges une idée des facteurs historiques, sociaux et politiques qui ont conditionné la reconnaissance de la diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique dans chaque société, ou son peu de reconnaissance, et de là influent sur les modes de sa prise en compte dans les institutions scolaires, et finalement sa place plus ou moins établie dans la formation initiale et continue des personnels des milieux éducatifs – enseignants, gestionnaires, conseillers, « orthopédagogues » et autres intervenants.

 De fait, les systèmes publics des divers pays se sont très inégalement emparés des questions portées par le Réseau. Si les universités dans de nombreux pays ont intégré des cours obligatoires ou optionnels sur la diversité ethnoculturelle dans leurs programmes de formation initiale et continue en enseignement, leur degré d’institutionnalisation est fort disparate d’un pays à l’autre, ne serait-ce qu’au sein de la francophonie. Au Québec, les cours sur l’immigration et la diversité sont obligatoires en formation initiale des maîtres et s’articulent autour de certaines des 12 compétences du référentiel développé par le Ministère de l’Éducation, pour évaluer la formation théorique et pratique (en stages). Une université a en outre adopté une compétence « interculturelle » spécifique. En France, le nouveau référentiel de compétences des enseignants publié en juillet 2013 ne fait pas de place à la prise en compte de la diversité ethnoculturelle. Il n’y a pas de cours obligatoires sur l’immigration et la diversité dans les formations d’éducation, et l’idée même qu’il soit utile de travailler sur ces questions est loin d’être acquise. Mais les textes normatifs récents, dont la loi de juillet 2013 « pour la refondation de l’école de la République », mentionnent un engagement pour la prévention et la lutte contre toutes les formes de discrimination. En Suisse, la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique a formulé en 2000 des propositions pour un curriculum standard de «pédagogie interculturelle dans la formation des enseignantes » et en 2007, la Conférence des rectrices et recteurs des hautes écoles pédagogiques a avancé des « Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles ». La mise en œuvre de ce concept au sein des institutions varie fortement, même si son caractère obligatoire s’est accru. En Belgique francophone, le décret définissant la formation initiale des instituteurs et des régents (il s’agit des maîtres et des enseignants pouvant donner cours jusque dans l’équivalent de la seconde du système français) impose un cours d’ « approche théorique et pratique de la diversité culturelle et la dimension de genre ». Le contenu et l’année d’enseignement de ce cours est laissé libre aux établissements. De même, le programme d’agrégation de l’enseignement secondaire supérieur (formant les enseignants de l’équivalent des deux dernières années du lycée) prévoit un cours obligatoire intitulé « Aspects socio-historiques, culturels et éthiques relatifs à l’enseignement dans lequel les problématiques liées à la diversité doivent être intégrées ».

 La table-ronde ambitionne de caractériser ces disparités et d’en pointer les tenants et les aboutissants, – ou certains d’entre eux au moins, car les situations régionales sont complexes à analyser si l’on ne veut pas être schématique. En outre, elles sont évolutives et variables jusqu’à un certain point au sein de chaque société. Le but n’est pas tant de nourrir la comparaison entre les contextes sous l’angle de la place qu’ils font à la diversité ethnoculturelle, que de susciter la réflexion sur la transférabilité des approches et des pratiques. Toutes les approches et pratiques qui seront présentées dans la Rencontre ont probablement un lien aux contextes qui les ont vu émerger. Il importe à la fois de ne pas méconnaître cette détermination, et de ne pas en faire un obstacle à l’appropriation dans un autre contexte.

Composition de la table-ronde

La table-ronde ne durant que deux heures, elle ne permet qu’une contribution par pays, avec une place limitée pour quelques questions d’information. La discussion quant à elle devra être reportée. Elle pourra notamment se prolonger dans le Symposium dédié à la Formation.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *