Symposium FORMATION DES ENSEIGNANTS

Rencontre RIED, ESPE de Marseille

Symposium, 21 et 22 octobre 2104

« La formation des enseignants à la diversité »

(7 heures en deux sessions)

 Eléments de cadrage

Ce symposium s’adresse à un public plus spécialisé que les deux tables-rondes qui le précèdent. Centré sur la formation des enseignants et personnels d’éducation à la diversité des publics scolaires aujourd’hui, il doit favoriser le croisement des approches. Il pourra aussi permettre de discuter de points qui n’auraient été qu’évoqués précédemment.

 La diversité des publics scolaires met au défi de construire des compétences pédagogiques qui évitent un triple écueil. En premier lieu, l’attention aux différences risque de maintenir, voire de renforcer les frontières entre les groupes. C’est la raison qui explique l’extrême réticence à prendre en compte délibérément ces différences dans le système français par exemple. Autre écueil, associé au précédent : l’attention aux différences risque de particulariser les élèves dans leurs capacités ou dans leurs déficits « naturels ». Enfin, si l’on donne une positivité aux différences, on risque de valoriser superficiellement « l’interculturel », d’osciller entre folklorisation et messages vertueux. D’un autre côté, il convient sans aucun doute de faire en sorte que les professionnels de l’éducation se déprennent d’un idéal d’universalité confondu avec l’uniformité, et qui instaure subrepticement des standards de valeur sociale dans la classe.

 Les enjeux globaux sont souvent similaires d’un pays à l’autre. Ils sont posés en termes généraux et politiques d’exigences « d’intégration », de développement d’une « école inclusive », de valorisation de la « diversité ». Techniquement, ils impliquent de construire des compétences professionnelles pour faire face à l’hétérogénéité des apprenants et de leurs familles. Mais à cet enjeu, des réponses variables sont données, les approches théoriques sont différentes sinon opposées, les dispositifs mis en œuvre le sont également, ainsi que les programmes de formation des enseignants. Le Symposium vise d’abord à offrir à la discussion une variété d’expériences significatives, de sorte à ouvrir les imaginaires pédagogiques, tout en cernant les principes sous-jacents qui orientent les diverses formes d’intervention auprès des futurs enseignants ou des enseignants en exercice. On cherchera à en identifier les potentialités et les obstacles dans une perspective d’opérationnalisation dans des contextes géopolitiques différents.

 Le symposium traitera donc de la formation des enseignants à la prise en compte de la diversité tant sous l’angle de son institutionnalisation (une formation n’est pas légitime sans ancrage institutionnel) que sous l’angle des exigences que pose aux praticiens l’hétérogénéité des publics scolaires (gestion de classe, diversification des contenus et des méthodes pédagogiques, accueil et intégration des élèves nouveaux arrivants). La prise en compte de la diversité ne saurait en effet relever uniquement de la mise en place de structures spéciales ou de dispositifs éducatifs. Elle soulève à la fois des enjeux éthiques et techniques, qui la rendent pleine d’embûches. D’autant que la diversité des élèves est loin d’être reflétée par celle du corps enseignant dans les pays à fort taux d’immigration. Elle dépend donc aussi de l’engagement des différents acteurs de l’école et, en premier lieu, de l’action des enseignants. La diversité peut être à la source de difficultés importantes dans l’exercice du métier, la confrontation à l’altérité peut se traduire en sentiments d’impuissance, de malaise, voire d’épuisement professionnel. Le Symposium s’attachera à examiner le rôle clé d’une formation professionnelle incluant les démarches de décentration socioculturelle, la sensibilisation aux mécanismes de catégorisation, explication causale et stéréotypie, et le développement d’une maîtrise de diverses réactions (émotionnelles, cognitives, comportementales) face aux difficultés du travail.

 La prise en compte de la diversité en formation initiale et continue des enseignants s’inscrit dans un champ de tensions entre postures d’ouverture à la diversité culturelle et impératifs d’intégration, entre nécessité de construire des compétences interculturelles spécifiques et compétences standard du métier d’enseignant, entre valorisation du vivre-ensemble et réponse aux finalités de l’école en termes d’apprentissage et de réussite scolaire. L’échange entre chercheurs, formateurs et praticiens issus de contextes sociétaux différents sera l’occasion d’un examen de la pluralité des perspectives. Il devra aussi permettre d’aborder les questions de mise en oeuvre, incluant notamment les expériences innovantes qui ont pu être tentées en matière de formation au travers de la conduite de recherches-action ou du développement d’outils pédagogiques.

 

Composition du Symposium

Il présentera des cas de situations, dispositifs et outils aussi variés que possible, en ayant souci d’expliciter leurs visées et modalités pratiques.

 

Le Réseau international Éducation et diversité (RIED)

 Présentation

 La diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique soulève d’importants défis pour le « vivre-ensemble » et l’inclusion dans les sociétés pluralistes et démocratiques. Alors qu’en maints pays, les débats publics dérapent fréquemment sur ces enjeux, les institutions, notamment les milieux scolaires et les autres institutions de formation, sont particulièrement interpellés afin de s’adapter à la diversité et de développer, chez leurs personnels et chez les apprenants, les élèves, des « compétences « interculturelles » pour œuvrer en milieu pluriethnique et plurilingue. Si ce constat fait l’objet d’un large consensus international, le débat persiste dans les milieux éducatifs, notamment quant au degré d’institutionnalisation de ces formations sur la diversité et quant à la nature des savoirs, savoir-faire et savoir-être que doivent contenir la formations initiale et continue, offertes par les universités et d’autres milieux de formation.

 Par ailleurs, face à des enjeux souvent similaires ―prise en compte des réalités liées à l’immigration, à la diversité ethnoculturelle et religieuse, au développement des pratiques d’équité et des compétences professionnelles ― des réponses variables sont données d’un pays à l’autre, autant sur le plan des approches théoriques et didactiques que de la mise en œuvre de dispositifs, de programmes de formation et de pratiques.

 En réponse à ces enjeux complexes, le « Réseau international Éducation et Diversité (RIED) : enjeux de formation » vise trois grands objectifs :
1)  Stimuler une réflexion académique multidisciplinaire sur les enjeux de  la formation initiale et continue à la diversité chez le  personnel oeuvrant en milieu éducatif ou auprès des jeunes et de leur famille.

 

2)  Soutenir les échanges en cette matière entre les formateurs, les chercheurs et les  divers partenaires des milieux institutionnels et communautaires.

 

3)  Contribuer au développement et à la légitimité du champ, tant sur le plan académique qu’au sein des institutions et de la société.

 

Deux choix stratégiques fondent les travaux  du réseau :

 

  • Accorder une importance toute particulière à la diversité liée aux origines des élèves et étudiants,  à  partir de  marqueurs et catégorisations tels que la langue, la culture, la religion ou la «race». Ceux-ci sont abordés dans une perspective non essentialiste et dans leur rapport nécessaire avec d’autres dimensions essentielles des rapports sociaux, tels le genre, la classe sociale, le handicap ou l’orientation sexuelle.

 

  • Centrer les activités sur les institutions d’éducation et de formation, étant donné le rôle essentiel qu’elles jouent dans la production des rapports sociaux et ethniques présents et futurs. L’ensemble des personnes qui  interviennent  (décideurs, directions, enseignants, travailleurs sociaux, psychologues, infirmières scolaires, secrétaires, et autres) ou  qui oeuvrent auprès des jeunes et des familles  dans des institutions partenaires (services sociaux, maisons de jeunes, organismes de loisirs) sont ainsi visées.

 

Enfin  tout en étant ouvert à l’exploration de thématiques variées liées aux questions de l’éducation et de la diversité, le réseau privilégie l’approfondissement de quatre grands sous-thèmes :

 

  • La comparaison des contextes nationaux en ce qui concerne le rapport à la diversité et ses incidences en éducation.
  • L’examen des dispositifs, contenus et approches respectifs en matière de formation initiale et continue des personnels des milieux scolaires ou des institutions qui interviennent auprès des jeunes et des familles.
  • L’identification des savoirs, savoir-être et savoir-faire essentiels à privilégier dans le cadre de ces formations ainsi que leur modulation selon les publics visés.
  • La mise en valeur et l’examen critique de diverses expériences, pratiques et initiatives novatrices menées dans ce domaine dans les milieux universitaire, institutionnel et communautaire.

 

Les enjeux d’équité et d’inclusion dans la prise en compte de la diversité des réalités et besoins des jeunes des groupes vulnérables montrent l’intérêt de réfléchir aux liens entre la théorie et la pratique dans la formation des acteurs scolaires et l’adaptation des interventions dans les milieux éducatifs, ainsi qu’aux approches qui réunissent diversité et équité dans un paradigme commun. C’est à ces enjeux d’ordre théorique et pratique dans des contextes éducatifs et sociétaux différents que le Réseau international Éducation et Diversité (RIED) entend se consacrer. Ce réseau se propose de porter un regard non seulement sur la formation initiale des acteurs de l’éducation mais aussi sur les enjeux de l’éducation formelle et informelle et de l’éducation tout au long de la vie, par le biais de formations et d’accompagnements des milieux de pratiques. Plus qu’aucun autre, le secteur éducatif nécessite l’établissement de liens avec les milieux des décideurs et des pratiques et se voit confronté à des défis en matière de formation, transfert de connaissances et accompagnement des milieux.

 

 

 

Structure et activités du réseau

 

L’idée de mettre sur pied un réseau international sur l’éducation et la diversité (RIED) a pris naissance lors d’une rencontre à Montréal en mai 2012, dans le cadre du colloque « Le développement d’institutions inclusives : formation, transfert des connaissances et accompagnement des milieux » du Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM), qui s’est tenu à l’Université du Québec à Montréal. Au Québec, un réseau de professeurs et chargés de cours universitaires qui enseignent sur les rapports ethniques et la diversité en formation des maîtres à travers le Québec a aussi été mis sur pied lors d’un premier Sommet de formateurs en « interculturel » en mars 2012.

 

Le RIED en émergence a été initié par des chercheurs de centres différents dans quatre pays francophones, soucieux de visibiliser le thème de la formation sur la diversité et l’équité en éducation et de développer une dynamique transnationale autour de ce thème.

 

Le RIED s’appuie sur des universités et des centres universitaires, un par pays pour l’instant :

  • L’Université du Québec à Montréal et le Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM) (Montréal)
  • L’Université de Genève, faculté de Psychologie et Sciences de l’éducation
  • L’Université d’Aix-Marseille, ESPE (Ecole supérieure du professorat et de l’éducation)
  • L’Université libre de Bruxelles, GERME (Groupe de recherche sur les relations ethniques, les migrations et l’égalité)
  • L’IRFAM (Belgique)

 

Son activité est animée par un Conseil scientifique international d’une quinzaine de personnes, dont le rôle principal est d’organiser des Rencontres internationales tous les deux ans. Ce conseil définit le thème des rencontres 18 mois à l’avance, rédige l’appel à contributions et évalue les propositions reçues (avec l’équipe organisatrice).

Les membres du Conseil scientifique initial du RIED sont :

 

QUÉBEC : Maryse Potvin, Françoise Armand, Mireille Estivalezes, Marie Mc Andrew, Michèle Vatz-Laaroussi

FRANCE : Françoise Lorcerie, Fabrice Dhume, Régis Guyon, Claire Schiff, Nicole Tutiaux-Guillon

SUISSE : Margarita Sanchez-Mazas, Claudio Bolzman, Marie-Anne Broyon, Nilima Changkakoti, Tania Ogay

BELGIQUE: Dirk Jacobs, Altay Manço, Perrine Devleeshouwer, Audrey Heine, Marie Verhoeven

 

Les Rencontres internationales du RIED seront organisées tous les deux ans en alternance entre les pays. Elles auront lieu dans l’une des universités du pays hôte, et c’est l’équipe locale qui assumera l’organisation financière et technique, en liaison avec le conseil scientifique du réseau. Chaque pays hôte d’une réunion du Comité scientifique doit aussi s’organiser pour trouver les locaux et les financements nécessaires.

 

Des publications pourront être produites en lien avec les axes de programmation du réseau et les thématiques des rencontres. Les projets de publication seront alors étudiés par le Conseil scientifique.

 

 

Éducation & Diversité

Le carnet traite des questions d’éducation et de formation dans les sociétés contemporaines confrontées à des clivages internes multiples plus complexes que les seules divisions socio-économiques. Ces questions reçoivent des noms divers dans les débats : éducation au pluralisme, en contexte de diversité, au non-racisme, éducation interculturelle, inclusive, pertinente d’un point de vue culturel (culturally relevant), etc. Le carnet vise à faire connaître les travaux menés sur ces questions dans les divers pays, dont les traditions sont différentes à cet égard, et à stimuler les débats.