Logiques socioéconomiques du traitement différentiel dans la scolarisation des enfants dans certains ménages de Kolia (Nord ivoirien)

Kouamé Abou N’DRI , Université Peleforo Gon Coulibaly de Korhogo (Côte d’Ivoire) – ndri22kouame@gmail.com – et Konaya YODAN ,Université Félix Houphouët Boigny (Côte d’Ivoire)

Résumé

Cette étude aborde la question du traitement différentiel dans la scolarisation des enfants dans le nord ivoirien précisément à Kolia. Dans cette localité, il est donné de constater que pour des enfants issus d’un même ménage, certains sont scolarisés pendant que d’autres ne le sont pas. Pour comprendre les logiques de cette pratique, nous avons utilisé un guide d’entretien et un questionnaire comme les outils de collecte de données. A l’aide de ces outils, les données ont été recueillies auprès des populations dans la localité de Kolia, soit 39 pour le volet qualitatif et 287 pour la partie quantitative. Au terme des investigations, les résultats révèlent que le traitement différentiel entre enfants d’un même ménage dans cette contrée de la Côte d’Ivoire s’explique par la situation matrimoniale, la taille des ménages, le regard de la communauté sur l’école ainsi que l’introduction de la culture attelée dans la production cotonnière. Cette dernière est une innovation dans le monde agricole qui ne cesse de mettre en péril la politique de l’école obligatoire prônée par l’État de Côte d’Ivoire pour la simple raison que les enfants constituent la cheville ouvrière de cette technique agricole.

Mots clés : Traitement différentiel, Enfant, École, Ménage, Côte d’Ivoire

Summary

This study addresses the issue of differential treatment of children in the context of compulsory school in Côte d ‘Ivoire. It specifically concerns the children of caste companies in the North Ivorian. In these societies, it is found that for children from the same household, some have the right to go to school while others do not have access to school. To understand the logic that explains this practice in these societies, we used the maintenance guide and questionnaire as the data collection tools. Using these tools, data were collected from the population in Kolia, 39 for the qualitative component and 287 for the quantitative part. Following investigations, the results reveal that differential treatment between children of the same household in the Côte d ‘Ivoire region is explained by marital status, household size, community view of school and the introduction of culture in cotton production. The latter is an innovation in the agricultural world which endanger the compulsory school policy advocated by the State of Côte d ‘Ivoire, for the simple reason that children are the backbone of this agricultural technique.

Key words:  Differential treatment, Child, School, Household, Côte d ‘Ivoire

Introduction                                                               

L’école est indispensable pour le développement de toutes les nations car elle garantit la qualité des ressources humaines et offre des perspectives de développement individuel et durable (Hallak, 1990). Elle est le fondement sur lequel repose le progrès de la santé, de la nutrition, de la préservation de l’environnement, de la liberté politique et économique. De ce fait, une population bien éduquée et instruite contribue largement à la croissance économique de sa nation (Schultz, 1961). Autrement dit, l’école procure au bénéficiaire les aptitudes et les capacités à affronter le monde du travail.  Consciente de ce fait, la Côte d’Ivoire a manifesté sa volonté de développer l’école en se fixant comme objectif, la refonte de la pédagogie du secteur primaire avec son programme de télévision éducative en 1971. Ce programme a eu pour but d’accélérer le processus de scolarisation en Côte d’Ivoire, où le taux de scolarisation était estimé à cette époque à moins de 65% (Rapport d’Etat du système éducatif, 2005).En plus de ce programme, la loi numéro 77-579 du 10 août 1977 sur la formation professionnelle continue a été votée  en 1977 par l’Assemblée Nationale avec la mise en place d’un Fonds national pour l’éducation et la formation. Cette loi fait obligation aux entreprises de consacrer une part de leur budget aux actions de formation de manière à faciliter l’insertion socioprofessionnelle des jeunes diplômés. De plus, en 1980, le budget général de fonctionnement (BGF), qui était d’abord de 147 milliards de francs CFA pour le secteur éducation-formation (Atlas Afrique, 1983), est passé ensuite à 207,8 milliards de francs CFA puis enfin à 256 milliards de F CFA, soit 40% du budget national de l’Etat (PNDEF, 1996). Cette augmentation du budget alloué à l’éducation a permis à la Côte d’Ivoire d’atteindre un taux de scolarisation au primaire de 82,3% dans les années 80-81, surtout dans la partie sud (Atlas Afrique, 1983).

Dans ces régions, les habitants se sont très rapidement adaptés au mode de vie « occidental », au point que le nombre d’enfants scolarisés a pu atteindre un taux de plus de 90% (Atlas, 2014). Face à cette croissance, les écoles dans la plupart de ces localités se sont vues incapables d’accueillir tous les enfants en âge scolaire du fait du déficit d’infrastructures scolaires. Ces peuples côtiers avaient demandé la création de nouvelles écoles et le recrutement d’enseignants dès l’époque coloniale. Cette volonté de scolarisation massive des enfants du sud s’est intensifiée depuis l’accession de la Côte d’Ivoire à l’indépendance. Des milliers d’écoles ont été construites dans la plupart des villes, villages et hameaux. Aujourd’hui, la Côte d’Ivoire compte plus de 16 324 écoles primaires (MENET-FP, 2017) réparties sur l’ensemble du territoire national.

Contrairement au Sud de la Côte d’Ivoire où l’école a connu un essor remarquable (taux de scolarisation de plus de 90%), la scolarisation dans le Nord se heurte quant à elle à de nombreuses contraintes culturelles. Dans cette partie de la Côte d’Ivoire, les habitants sont très enracinés dans la tradition. L’éducation des enfants relève de la responsabilité des familles, du lignage ou du clan. Dans ce contexte où la tradition est le socle de l’existence humaine, l’école apparaît comme bénéfique pour l’Occident et sans le moindre intérêt pour certains parents et pour leurs enfants, même si des actions liées à la politique d’école obligatoire sont menées aussi dans cette région du pays, conformément àla constitution ivoirienne du 1er Aout 2000. Cette constitution consacre désormais l’obligation à l’Etat d’assurer un égal accès à l’éducation à tous les enfants. De ce fait, la gratuité de l’école du CP1 jusqu’à la 3ème a été institutionnalisée ainsi que la politique de ‘’l’école pour tous’’ devenue « l’école obligatoire » en 2013. L’Etat a, par la suite, institué au sein des établissements publics et privés, des établissements relais grâce à la généralisation de la double vacation. Toutes ces actions ont permis de doubler pratiquement la capacité d’accueil des structures existantes (Fadiga, 2006), plus spécifiquement dans le nord ivoirien. Dans les localités du nord, surtout à Kolia, l’Etat a cherché à redynamiser l’école avec la mise en œuvre d’un programme dénommé « école enfants bouviers » en 2013-2014, programme qui a touché 1053 auditeurs. L’objectif de ce programme est de permettre aux parents de scolariser leurs enfants quel que soit leur statut socioprofessionnel.

Si ce programme a connu un succès dans ses débuts, le taux de scolarisation à Kolia reste encore en deçà des attentes de l’Etat ivoirien. En effet, ce taux  est de 69% (IEP Kolia, 2017). Un taux bien inférieur au taux national estimé à 91% (MENET, 2017). En réalité, certains parents opèrent un choix quant à la scolarisation de leurs enfants. En réalité, ce choix est fonction du nombre d’enfants dans le ménage. Sur quatre ou six enfants que comptent certains ménages, deux ou trois sont scolarisés contrairement au reste d’enfants soumis à des activités agropastorales (notre enquête, 2017).

L’objectif de la présente étude est d’analyser les logiques qui rendent compte de ce traitement différentiel entre les enfants issus d’un même ménage dans la sous-préfecture de Kolia.

I. Méthodologie

L’étude a été réalisée dans la sous-préfecture de Kolia, au nord de la Côte d’Ivoire.  La carte ci-dessous indique les villages dans lesquelles nos enquêtes ont été menées.

Carte 1. Localité de l’enquête de terrain 
Oura Raphael, 2018                                

La collecte de données s’est faite à l’aide de questionnaire et de guide d’entretien. Ces outils ont permis de recueillir des données qualitatives et quantitatives auprès de certains acteurs comme le présente le tableau suivant dans la période de février à mars 2017 .

Tableau 1 : Repartions des personnes entretenues en fonction de la catégorie

Catégorisation des participants Nombre de participants à l’entretien
Père ou mère 22
Inspecteur du primaire 01
Instituteurs 03
 Enfants 13
Total des participants 39
Source : nos enquêtes 2017

Au total,  nous nous sommes entretenus avec 39 acteurs dont 22 parents, 01 inspecteur, 03 instituteurs et 13 enfants non scolarisés. Toutes ces personnes interrogées nous ont permis de collecter des données relatives à l’explication des logiques du traitement différentiel au sein des ménages  à Kolia.

Tableau 2 : Repartions de l’effectif des enquêtés en fonction des villages

Localités Effectifs
Kolia ville 205
Kpafonon 41
Marannama 41
Total 287
Source : nos enquêtes 2017

La théorie de l’action raisonnée nous a permis de comprendre le comportement des agro-éleveurs dans sa dimension économique, sociale et symbolique. Selon cette théorie, l’attitude ou le comportement d’une personne sont déterminés par ses croyances. Ces agro-éleveurs vivant dans une société traditionnelle mais dominée par l’économie monétaire, jugent rationnel d’utiliser certains de leurs enfants pour la production des biens plutôt que de les scolariser. D’autant qu’ils trouvent que la scolarisation a des résultats incertains et peut déboucher sur un avenir douteux. Dans ces conditions, la scolarisation des enfants contrevient à la fois aux croyances locales et à l’intérêt économique. Dès lors, tout en acceptant de s’inscrire dans la politique de l’école obligatoire, ces parents font le choix de scolariser certains de leurs enfants et d’en destiner d’autres à l’agro-pastoralisme. Un choix qui trouve tout son sens dans les familles polygames.

2. La polygamie comme fondement du traitement différentiel entre enfants au sein d’un même ménage à Kolia 

La structure de la famille est un élément essentiel  dans le traitement différentiel dans la localité de Kolia. C’est  d’ailleurs ce qu’indique le graphique ci-dessous:

Figure 1. La structure des ménages dans la localité de Kolia

Les résultats de l’étude révèlent que 82% des ménages enquêtés sont des polygames contre 10% de familles monogames. Dans les familles polygames, la décision de scolariser les enfants est fonction du degré d’affection et d’attention qu’il accorde à chacune de ses épouses. De la sorte, dans le choix de ceux à scolariser, figurent les enfants des femmes moins aimées par l’époux. C’est ce qui ressort du propos de  B.F: ‘’En tant que chef de ménage, mon choix s’est porté sur les enfants de mes épouses qui s’opposent à mes décisions car chez nous, mettre un enfant à l’école est contre la volonté de nos ancêtres’’.

Le positionnement de la femme au sein de son foyer lui confère certains ‘’privilèges’’ au côté de son époux. Ce sont ces privilèges qui guident le choix des enfants auxquels l’héritage familial sera transmis par les parents. Pour cette raison, l’objectif de la famille n’est pas uniquement de maximiser les revenus futurs potentiels de l’enfant, mais de lui donner une éducation dans l’optique de la production des biens de subsistances et de la reproduction sociale du groupe d’appartenance (Zan, 2007). Ces agro-éleveurs connaissent les avantages liés à l’école. Mais, ils privilégient la pérennisation de leur culture, une culture qui fonde leur existence et leur pouvoir au sein de leur environnement social. Cela les amène à  ruser face à l’école. C’est pourquoi, tout en acceptant l’école, ils développent des stratégies de contournement de la politique étatique telle que l’école obligatoire. C’est ainsi que ces parents traitent différemment les enfants dans le choix de scolariser en tenant compte du positionnement des épouses dans les familles polygames. Ainsi, dans ce type de famille, l’école devient ‘’une sanction’’ pour les épouses qui ne sont pas soumises à leurs époux. Cette sanction devient plus accentuée lorsque le ménage comporte de nombreux enfants issus des différentes mères.  

3. La grande taille du ménage, une difficulté pour la scolarisation des enfants

La taille des ménages constitue une autre difficulté pour la mise en œuvre de la politique de l’école obligatoire prônée par l’Etat ivoirien. Au sein des familles, des choix de scolariser sont opérés en fonction du nombre d’enfants.  Les résultats contenus dans ce graphique indiquent comment la taille des ménages influence en partie le traitement entre les enfants d’un même ménage.

Figure 2. Taille des ménages et attitude des parents face à la scolarisation

Les résultats de nos enquêtes indiquent que 60% des ménages enquêtés ont entre 4 et 9 enfants (le cumul)  contre 28% qui ont plus de 10 enfants. En réalité,  les ménages de grande taille éprouvent beaucoup de difficultés à satisfaire les besoins de tous les enfants, contrairement aux ménages de faible taille. La taille de la famille a une forte influence sur la scolarisation des enfants (Vallet et al, 1995). Dans ces conditions, le chef de ménage est contraint de choisir le nombre d’enfants à scolariser ou pas. C’est ce qui ressort dans les propos K. Y « Comme j’ai beaucoup d’enfants, tout le monde ne peut pas aller à l’école. Pour cela, j’ai moi-même choisi de scolariser certains parmi eux afin que d’autres restent avec moi pour les travaux champêtres. C’est pourquoi j’ai décidé de faire beaucoup d’enfants, rire !!!».

L’activité agricole justifie la grande taille de certains ménages dans cette localité. En clair, l’enfant constitue une main-d’œuvre familiale. Dans ces familles, scolariser tous les enfants est donc la chose la plus contestée car en réalité, l’agriculture est le fondement de l’économie dans la sous-préfecture de Kolia. Ainsi, l’économie agricole contribue à la juxtaposition d’une économie de besoin à une économie de profit car elle fait de la monnaie l’articulation principale des nouveaux rapports de productions (Koné, 2016). De ce fait, pour ne pas être en marge de cette donne sociale, surtout dans un contexte où les charges familiales quotidiennes impliquent des échanges monétaires, il est impératif pour ces parents d’opérer des choix de scolarisation entre leurs enfants, de peur de se retrouver dans une situation de pénurie alimentaire ou financière. Vu le rôle que joue l’enfant dans les activités agro-pastorales, l’école se présente comme un outil de domination et de bouleversement des structures sociales. Derrière les motifs avancés par les parents, c’est en réalité la question de la pérennisation de l’activité socioéconomique qui est au fondement du traitement différentiel entre les enfants d’un même ménage. La participation des enfants à l’activité économique constitue une satisfaction pour les parents et les enfants eux-mêmes.

Photo 1. Enfants en chemin pour faire paître les bœufs (© Yodan, 2017)

Cette image présente des enfants en train de faire paître des bœufs. Ils soutiennent que ces bêtes appartiennent à leur ‘’baba’’ qui signifie père en malinké. Le père est selon ces enfants ‘’leur modèle, leur guide’’, ses décisions sont incontestables. Il incarne l’autorité familiale dans toute sa plénitude. Face à cette situation, quel est le regard de la communauté sur le choix de scolariser ou non les enfants ?

4. Du regard de la communauté au traitement différentiel scolaire à Kolia

L’avis des enquêtés sur la question « Quel est le regard de la communauté sur vous lorsque vos enfants n’exercent pas votre activité ?», permet de comprendre l’intérêt que ces parents accordent à l’agriculture et à l’élevage en matière de formation des enfants. Cela s’illustre par le graphique ci-après.

Figure 3. Le regard de la communauté sur les enfants scolarisés

Lors des entretiens plusieurs propositions portaient sur la préoccupation liée au regard de la communauté, lorsque l’enfant n’exerce pas l’activité parentale. Dans la quasi-totalité des réponses données (92%), les enquêtés jugent négativement la non-participation de l’enfant à l’activité de ses parents. Dans ce cas, l’enfant est perçu comme un déviant social. Il est considéré comme un enfant mal éduqué. C’est donc un déshonneur pour la famille car, par exemple, l’emploi de berger ne résulte pas seulement d’un manque de main-d’œuvre familiale. Les parents mettent en avant la crainte que leurs enfants deviennent des «kuffar» (païens) (Clanet, 2002). L’enfant scolarisé est marginalisé par la société. Ce regard de la communauté a donc fortement ébranlé le rapport à l’école dans cette société attachée à la culture, seul gage de réussite sociale où l’enfant constitue une force de production. Dans la société traditionnelle, la participation de l’enfant à l’activité familiale est nécessaire car elle participe à la fois à son insertion dans les activités productives, à son éducation et à son entrée progressive dans le monde des adultes (Erry, 1972). L’éducation ainsi entendue est l’un des premiers fondements culturels du travail des enfants, car celui-ci a une fonction socialisante et éducative (Salazar, 1998). C’est cette conception culturelle du travail des enfants qui justifie l’usage parfois des enfants dans la culture attelée dans cette localité du nord ivoirien.

Photo 2. Enfant entrain de paître ses bœufs (© Yodan, 2017)
Photo 3. Enfants en plein labour avec les bœufs (© Yodan, 2017)

5. La culture attelée comme fondement du différentiel scolaire entre les enfants

La sous-préfecture de Kolia est une zone essentiellement rurale où plus de 80% (enquête, 2017) de la population survit d’une agriculture traditionnelle de subsistance basée sur l’utilisation de la culture attelée. Cette technique implique les bœufs dans le processus de production agricole. Son objectif est d’accroître la production pour une amélioration des conditions de vie des paysans. Elle est parfois présentée comme la source principale du choix de scolariser ou non tel ou tel enfant. En effet, elle fait intervenir les enfants dans la production agricole. Les acteurs expliquent cela  par‘’ l’affection que les bœufs éprouvent pour ces derniers’’. Scolariser tous leurs enfants risquerait de créer un manque de main-d’œuvre pour la pratique des activités agricoles. Une activité agricole pratiquée sous le regard du père comme l’indique cette image.

Photo 4. Enfant avec les boeufs d’attelage (© Yodan, 2017)

Cette image indique l’importance de l’enfant dans de la culture attelée, quoique le travail des enfants soit interdit en Côte d’Ivoire. Se retrouvant dans ce dilemme de scolariser ses enfants ou d’augmenter sa production agricole, le parent en tant qu’’’acteur rationnel’’  opère un choix entre ses enfants. Certains sont inscrits à l’école occidentale et d’autres doivent exercer l’agriculture pour le bonheur de la famille, surtout dans une perspective de pérennisation de l’héritage traditionnel légué par les ancêtres. Les pères trouvent un compromis avec la loi, comme le dit cet agriculteur : « Je suis né d’une famille d’agriculteurs. Mes parents m’ont éduqué sur la base du bien fait de l’agriculture. C’est donc à mon tour de transmettre cette éducation à mes enfants pour que cette pratique reste dans la famille. Mais avec l’avènement de l’école, je suis obligé de scolariser quelques enfants pour ne pas être frappé par la loi».

En réalité, l’école apparaît comme une contrainte pour ces paysans. Scolariser la totalité de leurs enfants mènerait vers la disparition des pratiques agricoles et surtout freinerait le développement de la culture attelée, censée améliorer la condition de vie paysanne dans la localité de Kolia. La culture attelée qui s’inscrit dans un cadre d’innovation dans le monde agricole, surtout dans le nord ivoirien, constitue le fondement du traitement différentiel scolaire entre les enfants d’un même ménage. Une situation qui compromet la politique d’école obligatoire .

Conclusion

L’impératif proclamé par l’État de scolariser tous les enfants en âge scolaire sur le sol ivoirien est mis à mal dans certaines localités  du pays, comme à Kolia, dans le nord ivoirien. Dans cette région, certains enfants ont accès à l’école pendant que d’autres sont hors du système éducatif quoiqu’ils soient issus d’un même ménage. Cette attitude de ces parents s’apparente à un traitement différentiel dont l’explication se retrouve à trois niveaux. D’abord la situation matrimoniale et la taille des ménages, ensuite le regard de la communauté sur l’école, enfin l’introduction de la culture attelée dans l’agriculture. Aujourd’hui, cette situation compromet la politique d’école obligatoire en Côte d’ Ivoire. Si rien n’est fait, la région de Kolia risque de basculer dans l’analphabétisme infantile. Pour y remédier, il serait important que l’Etat définisse des politiques en tenant compte des aspirations des populations ivoiriennes notamment celles de la localité de Kolia.

BIBLIOGRAPHIE

  • 1. CANAGARAJAH, COULOMBE, (1997). « Child labor and schooling in Ghana », Policy Research.
  • 2. CLANET J.-C. (2002), La dure école des petits chameliers du bassin tchadien », Journal des africanistes, 72 (1) : 149-164.
  • 3. CLIGNET R. (1994), La demande d’éducation : aspects sociologiques. Afrique Contemporaine, n°172, Numéro spécial, Crises de l’éducation en Afrique, Paris, 108-118
  • 4. COX D., STARK O., (1994),Intergenerational transfers and demonstration effect mimeo, NIA on cross national issues in aging, Syracuse, New York.
  • 5.  DEDY Seri et al, (1997), Etude des déterminants familiaux de la scolarisation des filles et des enfants en zone de sous-scolarisation de la Côte d’Ivoire, rapport final, ROCARE, M.E.N.F.B (DPES), Abidjan, p.45-52 
  • 6. DIALLO Y. et KONE K.S., (2001), Pauvreté des ménages et phénomène du travail des enfants en Cote d’Ivoire. Colloque chaire UNESCO pauvreté et développement durable, Université Montesquieu-Bordeaux4, 22 & 23 novembre, 24p.
  • 7. ERNY P., (1972), L’enfant et son milieu en Afrique Noire, Paris, Payot.
  • 8. KONE.A., (2016), Innovation agricole et mode de production traditionnelle en milieu rural ivoirien : cas des plantations villageoises de palmier à huile dans la Sous-préfecture de Tiapoum. Thèse en Sociologie Rurale, IES, Université Félix Houphouët Boigny de Cocody. 13 1-144.
  • 9. QUIVY R., et CAMPENHOUD L.V., (2006), Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, D.U.N.O.D.
  • 10. VERLET M., (1996), Grandir à Nima (Ghana). Dérégulation domestique et mise au travail, in SCHLEMMER B. (dir.), L’enfant exploité. Oppression, mise au travail et prolétarisation, Karthala-ORSTOM, Paris, pp. 311-329.
  • 11. ZAN L.M., (2007), Appartenance socioculturelle et scolarisation des enfants au Burkina Faso ». Mémoire, Université de Yaoundé II, DESS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search