Les parents d’élèves musulmans ont droit au même respect que les autres parents

L’auteure d’une « Libre opinion » parue dans Le Monde du 9 octobre 2019 nous confie son texte

Véronique Decker a été directrice de l’école Marie-Curie, cité scolaire Karl Marx à Bobigny. Elle a notamment écrit “L’École du peuple” (Libertalia, 2017) et “Pour une école publique émancipatrice” (Libertalia).

Reprenons le storyboard de la semaine passée :

La FCPE édite une affiche défendant le droit des mères voilées d’accompagner les sorties scolaires, alors le parti « Les Républicains » exige immédiatement que les femmes voilées n’accompagnent plus les sorties, donc la FCPE rétorque qu’on est bien content de trouver des femmes voilées pour accompagner les sorties des écoles de banlieue, puis Marianne publie une lettre ouverte d’une instit qui insiste sur le fait d’enlever le voile pour accompagner les sorties, et Laurent Bouvet du printemps républicain détourne l’affiche FCPE pour transformer la mère voilée et souriante en terroristes barbus et armés puis le ministre Jean-Michel Blanquer finit par lâcher l’adjectif fatal : « regrettable».

Mais voilà, la laïcité n’a pas à être ouverte ou fermée, stricte ou molle, la laïcité est un accord qui doit être recréé à chaque génération, pour permettre à des gens ayant différents impératifs laïcs ou religieux de partager un espace commun. Il y a un siècle, certaines communes avaient interdit aux curés de porter la soutane, d’autres faisaient fermer les écoles publiques le jour de la procession du Saint qui protégeait l’église, les écoles et collèges permettaient de manquer l’école pour les jours de retraite de communion, sans compter l’Alsace Moselle, qui conserve encore aujourd’hui un statut différent du reste de l’hexagone, et les Comores ou la Guyane dans lesquelles les « valeurs de la République » ont été si largement adaptées à la réalité locale…qu’on y a négligé de construire suffisamment d’écoles pour scolariser tous les enfants…

Quel que soit ce qu’on peut penser du fait de porter un voile sur les cheveux, la laïcité a défini en 2004 des règles qui s’imposent aux fonctionnaires et aux élèves, mais ne s’appliquent pas aux parents, qu’ils soient délégués des parents ou accompagnateurs des sorties. Il a fallu plusieurs actions judiciaires pour que le Conseil d’Etat acte de ce fait.

Néanmoins, cette question ressurgit encore et surtout dans les périodes électorales…chaque parti se demande s’il fera du « chiffre » en créant du malaise islamophobe alors que le simple bon sens permet de voir que le XXème siècle est terminé et qu’une communauté importante de musulmans partagent le territoire français. Certains sont étrangers, mais la majorité est de nationalité française, et souvent née de parents français et envoie dans les écoles des enfants français nés en France de parents français eux même nés en France.

Il reste des gens pour le regretter, sans aucun doute. Mais les incroyants, les juifs, les catholiques, les athées, les protestants, les bouddhistes, les musulmans et toutes les autres minorités qui vivent en France sont dans l’obligation de vivre ensemble et de s’accorder sur les règles d’usage de l’alimentation, de la construction des lieux de prière, de l’habillement, des pratiques des fêtes et de l’organisation de l’école car un des rôles de l’école publique est justement de permettre aux enfants de toutes origines, de toutes confessions de se rencontrer et aux parents de se fréquenter.

Lorsque le ministre décide que c’est « regrettable » : que regrette-t-il ? Le bon temps des colonies dans lesquels les musulmans n’étaient pas concernés par la nationalité française ? Le bon temps des ouvriers des foyers Sonacotra qui laissaient leurs familles dans les pays d’origine pour trimer ici loin d’eux ?

La FCPE, fédération des parents d’élèves, s’est battue pour que tous les parents puissent accompagner les sorties, habillés tels qu’ils sont, et ils ont eu gain de cause. Les musulmans ont le droit au même respect que les autres parents. Et pourtant, en sous-main, il reste des gens dans l’Education Nationale pour affirmer aux directeurs d’école que « c’est eux qui choisissent et que s’ils veulent éliminer les parents portant des signes religieux, il leur suffit de privilégier les autres ». Donc la FCPE a raison de faire campagne à ce sujet, car il reste des écoles où le respect n’est pas de mise.

Rien n’est plus important que le respect pour construire la laïcité. Lorsqu’un groupe se sent humilié, la rancœur ordinaire devient le terreau de toutes les agressivités.

Alors, bien sûr, toutes les femmes musulmanes ne portent pas le voile. Un bon nombre d’entre elles travaillent dans les écoles, les collèges et les lycées dans tous les métiers de l’éducation sans compter le reste de la fonction publique. Mais d’autres le portent. Et elles en ont le droit, car toutes les femmes ont ici le droit de s’habiller comme elles veulent.

Ce qui m’agace considérablement, c’est que le ministre alimente cette polémique stérile. Car tout le monde sait qu’aucune décision ne sera prise, vu que les mamans disponibles et dévouées pour accompagner les sorties, il n’y en a pas tant que cela et encore moins de papas. Les rares parents accompagnateurs bénévoles sont choyés dans la plupart des écoles, et comme pour tous les bénévoles, la seule chose que l’école publique peut leur dire c’est « Merci ». Merci d’être avec nous pour passer toute la journée au Louvre, Merci de venir chaque mardi à la piscine, Merci d’accompagner les CP à la bibliothèque, Merci de préparer les repas froids pour la journée canoé à la base de loisirs. Non, rien ne vous oblige à enlever votre voile pour venir nous aider.

Jean Michel Blanquer va-t-il devoir en même temps conduire la nouvelle politique d’Emmanuel Macron destinée à prendre des voix à Marine Le Pen, et instiller un peu de haine chaque jour pour faire prendre la mayonnaise quitte à empêcher les enfants des écoles de visiter le Louvre, d’aller à la piscine, ou d’aller à l’Opéra ?

On est juste dans le déversement d « éléments de langage » qui n’ont plus aucun rapport avec un débat réel autour de la laïcité, qui sera forcément un débat constructif, car la laïcité est la construction commune d’un espace où nous vivrons ensemble, où nos enfants vivront ensemble et dans lequel la haine n’est jamais souhaitable. Jamais.

 

Véronique DECKER

Retraitée ancienne, Directrice d’école de Bobigny


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.