Que traduit l’hostilité à la présence de l’étoile jaune sur les vêtements de quelques personnes défilant lors de la manifestation contre l’islamophobie du 10 novembre 2019?

Une analyse de la sociologue Valérie Orange.

Nathalie Loiseau (députée européenne depuis 2019), ce matin à France Info, condamne le port de l’étoile jaune par un.e (plusieurs?) manifestant.e.s durant la manifestation contre l’islamophobie hier, argumentant que les mots et les symboles sont importants.

Alors oui les mots sont importants, je ne peux qu’être d’accord avec ça. Pour autant, Nathalie Loiseau n’est-elle pas cette personne qui a parlé de sa campagne européenne comme d’un Blitzkrieg, réutilisant la rhétorique martiale allemande pour une campagne électorale? L’accusatrice manque singulièrement de cohérence entre des actes et ses paroles.

Les partisans d’une loi contre le voile dans les années 1989 n’ont-ils pas parlé d’un “Munich de l’école républicaine” et les détracteurs n’ont-ils pas parlé d’un “Vichy des immigrés”? L’utilisation des références à la guerre de 40 est constante au point qu’a émergé le fameux point Godwin, qui a la fâcheuse tendance à délégitimer voire à clouer le bec à tous ceux qui tenteraient une comparaison minime avec tout ce qui pourrait toucher à Hitler et les sujets connexes, même si cette comparaison se révèle pertinente.

Pourquoi ici le port de l’étoile, symbole bien connu d’exclusion d’État envers les juifs dérange-t-elle? Est-ce que d’autres marques d’exclusion ayant aussi conduit à la chambre à gaz auraient déclenché les mêmes réactions de rejet et d’amalgame? Je parle notamment des marques portées par les communistes et autres prisonniers politiques (triangle rouge), les homosexuels (triangle rose), les tziganes (triangle noir ou marron), les asociaux (triangle noir)…. D’un point de vue purement pragmatique, ces marques sont beaucoup moins connues, et seraient sans doute passées inaperçues. Ce qui montre que d’un point de vue de la stratégie, le résultat est atteint.

La question reste de savoir si au delà de cette efficacité stratégique, les récriminations sont réellement légitimes, si ces marques constituent une réelle insulte aux victimes de l’holocauste. Cette utilisation est-elle vraiment insultante ou bien considère-t-on qu’elle minimise les discriminations et les souffrances subies par les juifs? De mon point de vue, la récupération du symbole est plutôt un hommage à leurs souffrances et permet un rappel des effets potentiels de cette discrimination d’État. Elle constitue par ailleurs un moyen percutant d’exprimer une souffrance qui ne veut pas être entendue dans notre société et qui a besoin de moyens forts pour se faire entendre.

Inversement, le refus d’accepter la récupération des symboles, alors que ceci se fait en permanence pour beaucoup d’autres, laisse à penser que :
1) on ne veut pas entendre l’existence de discrimination spécifique dans un pays qui se targue d’être égalitaire
2) la plainte est d’autant moins supportable quand elle vient de la victime elle-même
3) la légitimité, la crédibilité et le poids de la parole des musulmans sont faibles
4) il existe un traitement différencié des discriminations.

Dernier point et non des moindres, cette nouvelle affaire souligne une fois de plus que plutôt de parler de l’essentiel, à savoir la motivation qui sous-tend cette manifestation, on s’arrête à des détails, qui ne font qu’illustrer sa pertinence et la nécessaire réflexion à porter sur la manière dont politiques, médias et grand public regardent et parlent des musulmans.

 

Valérie Orange est docteur en sociologie (UQAM). Sa thèse soutenue au Québec traite de l’enseignement de la laïcité dans l’éducation prioritaire française. Actuellement, elle est post-doctorante à l’Institut de recherche et d’études sur le Monde arabe et musulman (IREMAM, Aix en Provence). Ses recherches portent sur la prise en compte de la diversité dans les établissements du second degré. Dans le cadre de son postdoctorat, elle s’occupe aussi du blog du RIED.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.