« Il s’est passé quelque chose pendant le confinement, sachons infléchir le cours d’un ­système éducatif productiviste »

Une tribune publiée dans Le Monde par l’anthropologue Geneviève Zoïa, 5 mai 2020

Les contraintes de l’enseignement à distance ont suscité la créativité et fait bouger les lignes entre les professeurs, les élèves et les parents, estime l’anthropologue Geneviève Zoïa.

Tribune. Les enfants des familles volontaires vont retourner à l’école à partir du 12 mai, selon un calendrier progressif dont les modalités se précisent chaque jour. Face aux débats que soulève ce dispositif, c’est l’argument des inégalités scolaires d’éducation qui est avancé par l’exécutif et le ministre de l’éducation : il s’agit d’une mesure sociale, martèlent-ils, qui doit en priorité viser les publics fragiles et défavorisés de nos établissements et territoires.

Il est notable et surprenant que nos gouvernants soient en phase ici avec les leçons élémentaires de la sociologie de l’éducation, qui voit dans la relation école-famille en France une des causes les plus substantielles des inégalités scolaires. Du capital culturel inégalement distribué jusqu’aux formes contemporaines d’injonction à collaborer avec l’école faites aux parents, des enquêtes insistent sur l’idée que les familles de milieu populaire n’ont pas les mêmes compétences sociales et culturelles pour se conformer aux idéaux normatifs de l’école.

Le contexte de la pandémie actuelle ne ferait-il que donner du grain à moudre à ce modèle ? L’école à la maison au temps du Covid-19 imposerait-elle la forme scolaire dominante dans les espaces familiaux précaires, les équipements numériques faisant défaut, le recours aux parents étant compliqué, les conditions de logement n’étant pas favorables pour faire l’école à la maison… ?

Rappelons d’abord que ni le virus ni la « continuité pédagogique » ne sont responsables de l’état de l’école française : bien avant la pandémie, le système éducatif français est pointé du doigt comme obsédé par les résultats et les performances, hermétique aux plus vulnérables des parents, ployant sous l’académisme, rétif aux collaborations entre professionnels, élèves, parents… Bien avant la pandémie, dans les quartiers pauvres de la République, prévaut chez les élèves et leurs parents l’image d’une école des autres, faite pour le monde des gagnants. Bien avant la pandémie, le système éducatif considère le bien-être comme un vague dada tiède, venant du monde anglo-saxon. C’est pourquoi sont sacrifiés les espaces scolaires non consacrés à la classe : cours, couloirs, constituent des points aveugles, tandis que l’état des toilettes a été maintes fois dénoncé comme désastreux.

Découvrez la suite :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/05/genevieve-zoia-il-s-est-passe-quelque-chose-pendant-le-confinement-sachons-inflechir-le-cours-d-un-systeme-educatif-productiviste_6038669_3232.html


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search