Mieux vivre en langues, de la maltraitance à la bientraitance linguistique.

Biichlé Luc & Dinvaut Annemarie (dir.), L’harmattan, 2020.

Ou comment défricher la notion de bientraitance linguistique, grâce aux éclairages de la sociolinguistique, de la philosophie, de l’histoire.

Résumé :

Mieux vivre en langues est un ouvrage collectif, et vise à impulser des réflexions sur la notion de bientraitance linguistique dans ses dimensions didactiques, sociales et sociétales. Les articles explorent les stratégies, les compétences, les attitudes individuelles et collectives, les reconfigurations qui déjouent la glottophopie, et ce faisant, ils ouvrent de nouvelles perspectives aux personnes impliquées dans le travail social, l’enseignement, l’administration, les politiques linguistiques. Ils resituent le rôle des apprenants comme protagonistes essentiels de l’activité d’enseignement-apprentissage, montrent qu’une évaluation bientraitante consiste à prendre en compte leurs répertoires langagiers, invitent à faire le deuil des visions binaires (langue1/langue cible) et recommandent d’opter pour des « bricolages » plurilingues, didactiques et linguistiques. Ils mettent également en évidence que toute action est pluri-située et génère des effets en cascade, de l’école au quartier, de la formation du personnel enseignant à l’évaluation des apprenants, ou de la reconnaissance des langues et des cultures des élèves à la confiance restaurée des parents.

Cet ouvrage constitue donc à la fois une analyse de la bientraitance linguistique in situ et un défrichage épistémologique de la notion. Il met en évidence comment la recherche en sciences humaines et sociales peut contribuer à la bientraitance linguistique.

Sommaire :

Préface, par Luc Biichlé, Annemarie Dinvaut

La bientraitance linguistique. Un pari réaliste pour une recherche horizontale et interventionniste par Annemarie Dinvaut

L’activité évaluative d’une enseignante d’anglais dans une classe de REP : de l’intention bienveillante aux gestes de bientraitance linguistique ? par Hélène Croce-Spinelli et Marielle Rispail

L’art de la conversation, une approche informelle et transculturelle de la bientraitance linguistique par Anne Morel-lab

De la bientraitance à la collaboration linguistique : une éthique du care qui se dévoile et se construit en classe de langue par Mohamed Nar

Construire la bientraitance linguistique en éducation prioritaire parKarima Gouaïch

L’inclusion des élèves migrants : l’affiliation contre l’insécurité linguistique et identitaire par Magali Jeannin

Incorporation à l’identité légionnaire par la langue française : quelle place pour la bientraitance linguistique en contexte d’aguerrissement ? par Héléna Maniakis

Plurilanguaging et évaluation bienveillante. Une étude de cas sur les migrants adultes en plurimobilité par Noël Azzara & Valeria Villa-Perez

L’impensé des plurilingues en devenir en France. Pour des gestes professionnels bienveillants par Valeria Villa-Perez & Sandra Tomc

Les écrits évaluatifs : une analyse à la lumière du concept de bienveillance. Le cas des élèves nouvellement arrivés en France par Christine Perego

Élèves « allophones » et plurilinguismes en contextes scolaires : comment veiller (aussi) à la bientraitance des professionnels ? par Mathieu Marchadour

Respecter la langue et la culture des sourds : pour un bilinguisme français-Langue des Signes Française par Sandrine Burgat

Observer et objectiver le « déjà-là » des élèves : premiers pas vers la bienveillance linguistique ? par Claire Colombel-Teuira, Véronique Fillol & Vahimiti Bousquet

Le Val d’Aran : un cas exemplaire de politique linguistique bientraitante ? par Christian Lagarde


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search