Du parcours d’Ulysse à la renaissance du phénix… Favoriser des pratiques enseignantes résilientes par les apports de l’approche transculturelle auprès d’élèves exilé-e-s

Soumia Kharbouch, Revue L’autre, 2018/1, vol.19, p. 104 à 111

L’école est un lieu d’éducation, d’instruction, et de socialisation interculturelle. Cela en fait un lieu de construction identitaire affectivement investi. En effet, nous n’y apprenons pas que des savoirs, mais les paroles ou les silences, les renforcements ou les non-renforcements, les regards soutenants ou non, sont structurants et résonnent tout au long de la vie. Parallèlement, nous constatons, sur le terrain, que cet impact de l’école est minimisé. L’école doit ainsi se réapproprier cette place centrale dans la construction psychique du jeune, notamment en tant que lieu d’affiliation.

2Dans cet écrit, nous donnerons la parole à Anna, une enseignante. Nous avons rencontré Anna lors d’une formation dédiée à des enseignants sur le thème de la diversité culturelle à l’école. Anna a souligné être dans une sorte d’ambivalence. elle sent que le public rencontré la pousse dans ses retranchements, sentiment présent chez bon nombre d’enseignant-e-s rencontré-e-s. Nous l’avons sollicitée afin de comprendre son vécu et ce qui pouvait révéler d’une enseignante rencontrant tous les jours des enfants exilés. Anna, livre à travers son discours, les difficultés que peuvent rencontrer les enseignant-e-s à la rencontre de ces jeunes qui arrivent avec un cartable, dans lequel ils portent beaucoup plus que des cahiers notamment un traumatisme lié à l’exil. Cet écrit est donc une réponse mais aussi un appel en faveur d’une école bienveillante prenant en compte les diversités portées par les élèves. Une école comme lieu d’émancipation et de (ré) affiliation, surtout pour des élèves avec des facteurs de risque importants. Avec la défense d’une conviction, qui est que l’école est un lieu de résilience ou du moins, devrait-elle l’être.

3Face à ces constats et convictions, nous nous sommes posé une série de questions dont les suivantes : comment l’école peut devenir un facteur de protection auprès d’élèves à risque ? Et quelle approche serait pertinente auprès de jeunes exilés plus spécifiquement ? A cette fin, nous avons trouvé dans l’approche transculturelle de Marie-Rose Moro, une approche humaniste et humanisante, favorisant le sentiment d’appartenance plurielle, l’harmonisation des mondes et valorisant les potentialités. Cette approche, utilisée dans des consultations ethnopsychiatriques, a clairement selon nous sa place en milieu scolaire. De là découle le fil interrogatif de notre écrit, soit : en quoi l’approche transculturelle peut permettre de favoriser des pratiques enseignantes résilientes ?

4Ainsi, nous mêlerons la voix d’Anna à la nôtre en proposant un plaidoyer visant à sensibiliser les enseignants à l’approche transculturelle en montrant comment celle-ci peut soutenir la résilience d’enfants exilés, en milieu scolaire.

  1. Témoignage d’Anna
  2. La résilience et l’approche transculturelle : les deux faces d’une même pièce
    1. De la résilience à l’école résiliente
    2. De l’approche transculturelle à l’école
  3. En quoi l’approche transculturelle peut soutenir un travail de résilience chez les enfants exilés ? Pistes de réflexion et d’action

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Valérie Orange (7 décembre 2020). Du parcours d’Ulysse à la renaissance du phénix… Favoriser des pratiques enseignantes résilientes par les apports de l’approche transculturelle auprès d’élèves exilé-e-s. Éducation & Diversité. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/tqvl


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search