Les caricatures au prisme de la devise républicaine

Marc Derycke, professeur émérite de Sciences de l’éducation

marc.derycke@univ-st-etienne.fr

La caricature est une plaisanterie protégée par l’arrêt Handyside (Cour européenne des droits de l’homme – CEDH, 7/12/1976) : « Sous réserve de restrictions […]. La liberté d’expression […] vaut pour les informations ou les idées […] qui heurtent, choquent ou inquiètent l’État ou une fraction quelconque de la population ». Dans l’espace public, une plaisanterie moralisante vise le consens. Si elle divise, c’est que, particulière, elle est « tendancieuse ». Son effet ne surgit que si, piqués à vif, certains se manifestent. Confortés dans leurs certitudes, les uns recueillent un plaisir gratuit, aux autres d’en payer le prix, celui, affiché, de leur obscurantisme. Le principe de ces caricatures est donc : pas de rire sans la grimace de ces con-citoyens.

Dans l’espace privé, si ma plaisanterie a froissé, je perds un proche. Au plan politique, les choses se compliquent : ce code tendancieux s’applique même aux caricatures injurieuses, au blasphème, inexistant pour l’incroyant … qui le commet sans vergogne. Entre la foi insultée et la loi, il reste aux croyants humiliés l’injure et le silence, la révolte ou un courageux travail de distanciation sans la contrepartie dont le plaisantin s’exonère. Vers qui se tourner pour réparer le lien, et comment ?

Le statut réservé de fait à l’islam par rapport aux religions traditionnelles est-il équitable ? L’inégalité était actée dès l’introduction de la loi de 1905 dans les départements français : l’Algérie reste jusque 1962 sous un concordat inique car, non-citoyens, les musulmans sont soumis au Code de l’Indigénat : l’islam est un culte de gueux. Rappelons-nous ensuite les années ’80 : la paix scolaire acquise, la laïcité en sommeil, la chasse aux signes religieux à l’École n’a-t-elle pas été engagée pour viser en priorité les anciens colonisés ? Sinon, après l’affaire des foulards (1989), pourquoi avoir balayé l’apaisement prôné par le Conseil d’État (27/11/1989) ?

Au lieu de frapper les responsables extrémistes, la sanction n’a-t-elle pas été détournée sur les familles d’un milieu qui subit déjà de fortes inégalités : échec scolaire, ségrégation à l’embauche, délit de faciès … Devant ces entailles au pacte républicain, comment défendre la liberté d’expression lorsque la plaisanterie accroît encore la charge ? N’y a-t-il pas là, caché sous le tapis, des braises qu’il faudrait éteindre au lieu de les abandonner aux fauteurs de scandales ? Qu’est-il accordé à ceux qui paient moralement le prix de droits que les rieurs se sont arrogés contre eux ? La liberté, oui ! Mais, posé et réitéré dans une société souvent déchirée, un geste favoriserait la réconciliation des citoyens avec eux-mêmes, lequel ?

Quand nos valeurs, au lieu d’émanciper, se retournent en arbitraire instituant inégalité et réduction de liberté, ne faut-il pas affirmer que, dans la devise républicaine, si la liberté est due à tous, comme l’égale dignité, la fraternité l’est à chacun ?

Car ce serait trahir la devise républicaine de concevoir une liberté sans fraternité, laquelle serait aussi dépourvue d’égalité, condition même de la fraternité sans laquelle la liberté deviendrait celle d’un clan qui écraserait l’autre. De même, pas d’égalité sans fraternité ni sans liberté, sinon, contrainte, elle rendrait impossible la fraternité. Chaque terme n’existe qu’au travers des deux autres ; en isoler un annihile la force qui résulte de leur interdépendance.

Scolaire : idéologie et pratique

Quelle relation pratique établir entre cette articulation ternaire de la devise et le domaine scolaire, l’EMC en particulier ?

Selon Le Monde du 8/01/2021, les « atteintes à la laïcité » seraient en hausse (contestation au nom de la religion en EPS, en EMC, en sciences). Nécessité déclarée « incontournable » depuis les événements : 75% des enseignants souhaitent aborder les caricatures en cause, 9% seraient en désaccord, 16% NSPP ; enfin 49% déclarent s’autocensurer. Par ailleurs, très peu d’enseignants interrogés connaissent Charlie ; quant à montrer ces caricatures à leurs propres enfants …

Au nom de l’augmentation des atteintes aux valeurs (refus de la minute de silence, etc.), le ministre a affirmé : « Les principes de la République et de la laïcité ont vocation à être très fermement enseignés aux futurs professeurs » (célébration de la loi 1905). Vu le soutien dont jouissent ces valeurs, quelle attention sera portée aux élèves récalcitrants afin de les leur faire partager ? Traitant la contestation par un dispositif de veille et de répression, l’École est prise dans une spirale offensive afin de restaurer la loi. Mais le rapport de force s’inverse là où la juridiction scolaire ne peut s’exercer : pressions sur les pairs, harcèlement, refus en classe, relai des parents et … autocensure des enseignants, preuves qu’il s’insinue au cœur de la citadelle. Bref, qui menace de la force récolte ressentiment et colère. Deux tabous s’affrontent : celui du blasphème, celui de la transgression des « Valeurs » qui deviennent quasi transcendantes puisque, protégées par les sanctions, elles ne peuvent être débattues en toute liberté avec les intéressés, sinon hors Ecole, au sein d’associations spécialisées. Le manichéisme triomphe des deux côtés : « Dieu » ou les « Valeurs républicaines »[1]. Les profanations se succèdent : aux caricatures obscènes, celles, les plus abjectes, de la vie même …

N’est-il pas urgent d’inventer un lieu et un temps pacifié pour que l’École soit jugée sur sa capacité non pas à contraindre mais à convaincre ?

Le cours d’EMC pourrait être ce havre. Sa clé : la « liberté d’expression », « fondement essentiel d’une société démocratique, condition primordiale de son progrès et de l’épanouissement de chacun » en ce qu’elle induit « pluralisme, tolérance et esprit d’ouverture ». Or, ce ne sont guère des savoirs enseignables et mémorisables. L’enjeu est bien au-delà : faire que les élèves se les approprient pour les pratiquer à leur manière.

Afin de résorber l’antagonisme, cette liberté est le premier principe qui suspendra le rapport de force et son inévitable spirale. Afin d’avancer vers l’ouverture, le pluralisme et la tolérance, le second est affirmer et œuvrer à l’égalité des capacités de chacun pour les mettre au travail de cette liberté et la conquérir. Leur espace est celui de la relation éducative où liberté et égalité doivent être garanties. Par le maître.

Se mettre sous son autorité est un pari mesuré par le risque que prend chacun. Dépositaire de la légitimité, il se doit de donner l’exemple. Là gît la condition de la confiance sans laquelle en face aucun sacrifice ne pourra être consenti, d’autant que l’intime croyance est en jeu. Le risque à prendre par le maître est de déposer ce qu’il est pourtant chargé de transmettre : le savoir et la vérité ; ceci pour deux raisons : 1° ils feront obstacle à l’initiative et aux recherches des élèves, 2° leur maintien reconduira l’affrontement avec les savoirs et vérités exclus de l’École. C’est à l’aune de ce sacrifice que les élèves lui accorderont leur confiance et se risqueront à faire de même : soumettre leurs convictions à la comparaison, à la discussion, non pas pour les renier, mais, examinant compatibilités et incompatibilités, ils élaboreront la frontière entre domaine de la foi et domaine de la loi.

La pratique de ce pluralisme permettra d’approcher les fondements en les dégageant des amalgames. Retranché du savoir et de la vérité, le maître est le tiers neutre qui accompagne un processus d’approfondissement, accueillant suggestions et initiatives, proposant des contre-exemples, élargissant le répertoire des cas, orientant en priorité vers ceux dont la charge émotionnelle est émoussée afin de les analyser (il ne sait où mènera cette aventure) avant d’établir des liens préparant l’examen de cas clivants, invitant sans relâche à vérifier afin de s’approcher au plus près des faits et de leurs ramifications avant d’en juger… Ainsi, contre préjugés et stéréotypes, s’expérimentent au travers des revers outre le pluralisme « la tolérance et l’esprit d’ouverture », bases de la démocratie.

Ce processus progressera grâce aux sollicitations inlassables de qui méritera l’autorité qui lui a été concédée tant que sa neutralité sera sans faille. Comment, concernant l’intime, accorder sa confiance à qui la trahirait au nom d’une vérité supérieure dont il se ferait le représentant (cf. arrêt Otto-Preminger 20/09/1994 CEDH) ? L’apprentissage de l’esprit critique serait-il compatible avec le maintien d’un dogme ? Pour être comprise, acceptée, pratiquée, la liberté d’expression doit se soumettre à l’épreuve du réel et de l’autre : la conviction de chacun, enseignant compris, est ramenée à sa racine au sein d’un rapport tempéré à l’autre sous la loi communément adoptée. Là, malgré un rapport asymétrique, se manifestent respect mutuel conférant une égale dignité d’où surgissent les fils d’une fraternité des armes forgée au prix de risques encourus durant une recherche qui conduit à la reconnaissance des singularités : liberté, égalité, fraternité sont indissociables.

Des élèves ainsi aguerris seront mieux préparés à entendre, distinguées de celles de la foi, les raisons des sciences et celles de la mixité … mais ils seront aussi ceux qui décèleront les failles dans les justifications qui leurs seront opposées. Leurs enseignants devront se montrer à la hauteur de nouvelles exigences.

              

[1] Des fiches pédagogiques traitant des caricatures ne connaissent que la condamnation de l’extrémisme par la laïcité, comme si la majorité musulmane était complice (cf. Lorcerie, « Expresso » du Café pédagogique).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search