Qui sommes-nous?

Réseau international Éducation et Diversité (RIED)

 

Présentation du réseau

La diversité ethnoculturelle, liée aux mouvements migratoires et autres mobilités du monde contemporain, soulève d’importants défis pour les sociétés pluralistes et démocratiques. À cet égard, l’école joue un rôle central à travers ses trois mandats – la transmission des savoirs, la socialisation à des valeurs communes et la sélection/qualification professionnelle. Mais d’autres institutions sont également concernées : celles qui forment les intervenants sociaux, celles qui dispensent la formation non formelle des jeunes, celles qui dispensent la formation continuée des adultes, sans parler des familles.

Or on constate qu’en maints pays, le débat public peut déraper sur ces enjeux, et on note aussi, trop souvent, la pauvreté de leur traitement universitaire.

Le Réseau international Éducation et Diversité part de ces constats et de ces manques. Il s’agit principalement de donner à la réflexion académique sur ces questions un lieu capable de la dynamiser. Il devra au premier chef constituer un espace de discussion académique favorisant d’une part le croisement des disciplines concernées (elles sont nombreuses), et d’autre part la relativisation des points de vue nationaux et la divulgation des initiatives.

Pour prendre l’exemple de la formation des enseignants, qui est un des objets principaux du Réseau, on sait que les systèmes publics des divers pays se sont très inégalement emparés des questions qui sont portées par le Réseau.

 

Le défi de développer, chez tous les acteurs de l’éducation, des « compétences interculturelles » pour œuvrer en milieu pluriethnique et plurilingue fait depuis longtemps l’objet d’un large consensus international. En ce sens, les universités dans de nombreux pays ont intégré des cours obligatoires ou optionnels sur la diversité dite parfois « ethnoculturelle » dans leurs différents programmes en enseignement. Le degré d’institutionnalisation de ces enseignements dans les différents programmes de formation initiale et continue est toutefois fort disparate d’un pays à l’autre, et c’est le cas au sein de la francophonie.

  • Au Québec, les cours sur la diversité sont obligatoires en formation initiale et s’articulent autour des douze compétences du référentiel développées par le Ministère de l’Éducation (MEQ, 2001), qui sont évaluées en formation théorique et pratique (en stages).
  • En France, un nouveau référentiel de compétences des enseignants a été publié en juillet 2013, mais il ne fait pas de place aux compétences interculturelles, il n’y a pas de cours obligatoire sur l’immigration et la diversité dans les formations d’éducation, et l’idée même qu’il soit utile de travailler ces questions n’est pas acquise.
  • En Suisse, la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) a formulé en 2000 des propositions pour un curriculum standard « pédagogie interculturelle dans la formation des enseignantes » et en 2007, la Conférence des rectrices et recteurs des hautes écoles pédagogiques a avancé des « Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles ». Selon une enquête réalisée par cette dernière auprès des instituts de formation des enseignants en Suisse, le concept de PIC (Pédagogie Intercuturelle) formulé dans le Dossier 60 de la CDIP est largement approuvé mais sa mise en œuvre au sein des différentes institutions varie fortement, même si son caractère obligatoire s’est accru.
  • Et en Belgique francophone, le décret définissant la formation initiale des instituteurs et des régents (il s’agit des maîtres et des enseignants pouvant donner cours jusque dans l’équivalent de la seconde du système français) impose un cours d’ « approche théorique et pratique de la diversité culturelle et la dimension de genre » (2ECTS). Le contenu et l’année d’enseignement de ce cours est laissé libre aux établissements. Le programme d’agrégation de l’enseignement secondaire supérieur (formant les enseignants de l’équivalent des deux dernières années du lycée) prévoit un cours obligatoire intitulé « Aspects socio-historiques, culturels et éthiques relatifs à l’enseignement » (4ECTS) dans lequel les problématiques liées à la diversité doivent être intégrées. À nouveau, le contenu exact est laissé libre. Enfin, dans ces quatre pays, aucune compétence « interculturelle » spécifique n’a été adoptée officiellement pour évaluer en « pratique » les futurs enseignants, sauf dans certaines institutions isolées (comme l’UQAM au Québec).

Dès lors, face à des enjeux souvent similaires, posés en termes de prise en compte des réalités liées à l’immigration et à la diversité et de développement des pratiques d’équité et des compétences professionnelles à cet égard, des réponses variables sont données d’un pays à l’autre, tant sur le plan des approches théoriques que de la mise en œuvre de dispositifs et de programmes de formation.

On peut continuer : d’autres exemples concerneraient la didactique des disciplines, notamment l’histoire ou les langues et les littératures, les pratiques de gestion des groupes, la pluralité des systèmes normatifs et leurs transformations sociales, le fait religieux, la morale publique, etc.

Diverses approches théoriques et pédagogiques ont émergé en éducation dans un contexte de diversité, surtout dans les pays anglo-saxons ― l’approche interculturelle ou multiculturelle, les perspectives transformatives (anti-oppression, postcoloniale ou antiraciste), l’éducation à la citoyenneté démocratique et aux droits humains, l’approche inclusive et d’équité ― qui proposent non seulement de développer certaines compétences chez les professionnels de l’éducation et de la formation ou les formés, mais aussi des stratégies de transformation des structures et des pratiques des milieux de l’école et de la formation. Malgré des postures différentes, ces approches préconisent toutes le développement conjoint, chez les agents scolaires et les élèves, de compétences cognitives, de compétences éthiques et sur le choix de valeurs, de compétences sociales et relationnelles liées aux capacités d’action (décentration, capacités de vivre avec d’autres, de coopérer, de résoudre les conflits selon les principes démocratiques, d’intervenir dans le débat public). Pour les enseignants, il s’agit d’adapter les stratégies pédagogiques et didactiques afin de prendre en compte des réalités et besoins des élèves des groupes vulnérables. Ces options forment la base éthique commune du Réseau, notre ligne d’engagement (Potvin et Larochelle-Audet, 2016; Potvin et Benny, 2013; Potvin, 2018).

 

Structure et activités du réseau

L’idée du RIED a émergé lors d’une rencontre à Montréal en 2012, dans le cadre du colloque « Le développement d’institutions inclusives : formation, transfert des connaissances et accompagnement des milieux » du Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM), qui s’est tenu à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) en mai 2012. Il a été initié par quelques chercheurs de centres différents à Montréal, Aix-en-Provence, Genève et Liège, soucieux de visibiliser le thème de la formation sur la diversité et l’équité en éducation, et de développer une dynamique transnationale autour de ce thème.

Le RIED s’appuie sur des centres universitaires et des organismes de formation :

  • au Québec, le «Réseau québécois des formateurs universitaires sur la diversité ethnoculturelle  en éducation »  s’est formé en 2012 et s’est doté d’une structure de coordination interuniversitaire, l’Observatoire sur la formation à la diversité et l’équité (OFDE) situé à l’UQAM.
  • pour la Belgique francophone : l’Université libre de Louvain (laboratoire GIRSEF), l’Université libre de Bruxelles (laboratoire GERME), et l’IRFAM (organisme de formation, Liège) ;
  • pour la Suisse romande : la faculté de psychologie et d’éducation de l’université de Genève, l’université de Fribourg et la Haute école pédagogique du Canton de Vaud ;
  • pour la France: l’université d’Aix-Marseille (laboratoire IREMAM), l’université de Montpellier (laboratoire CEPEL), l’université de Nice (laboratoire URMIS), et CRISIS (organisme de formation et d’intervention, Paris)

L’activité du RIED est animée par un Conseil scientifique international d’une quinzaine de personnes, dont le rôle principal est d’organiser des Rencontres internationales tous les deux ans.

Trois rencontres ont eu lieu depuis la création du RIED :

  • la première à Marseille en octobre 2014 (resp. Françoise Lorcerie AMU-CNRS) ;
  • la seconde à Montréal en octobre 2016 (resp. Maryse Potvin, UQAM) ;
  • la troisième à Genève en juin 2018 (resp. Margarita Sanchez-Mazas et Isabelle Collet, univ. de Genève).
  • La quatrième est en cours d’organisation, sous la responsabilité de Marie Verhoeven (univ. de Louvain) et de José-Luis Wolfs (ULB). Elle se tiendra à Bruxelles début juillet 2020.

Le RIED anime également ce présent « Carnet de recherche », intitulé Éducation & Diversité, pour favoriser les échanges et débats dans le domaine de l’éducation au défi de la diversité. Il accueille toute information, réflexion, témoignage, compte-rendu, débat…, rédigés en français, relatifs à la problématique.

 

Références bibliographiques :

Potvin, M. et Larochelle-Audet J. (2016). Les approches théoriques sur la diversité ethnoculturelle en éducation et les compétences essentielles du personnel scolaire. Dans Potvin, M., Magnan, M.-O. et Larochelle-Audet, J. (dir.) La diversité ethnoculturelle, religieuse et linguistique en éducation. Théorie et pratique. Montréal : Fides Éducation, p. 110-127.

Potvin, M. et Benny, J-A (2013) L’éducation aux droits de l’enfant au Canada : portrait du système scolaire québécois. Toronto et Montréal : UNICEF-Canada, mars 2013.

Potvin, M. (2018) Pour des milieux éducatifs inclusifs, démocratiques et antidiscriminatoires. Éléments conceptuels et pistes pour une démarche institutionnelle. Guide pour les intervenants scolaires. Produit pour la Direction des services d’accueil et d’éducation interculturelle, ministère de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur (MEES). Montréal : Observatoire sur la formation à la diversité et l’équité, UQAM. http://ofde.ca/wp-content/uploads/2018/10/Guide_inclusion_FINAL2018.pdf